Vu, lu, entendu... Travail

27/11/2014

Inde en tête, 36 millions d’esclaves dans le monde



Inde en tête, 36 millions d’esclaves dans le monde
Près de 36 millions d'hommes, de femmes et d'enfants (35,8 millions exactement) sont victimes d'esclavage dans le monde, rapporte le site Youphil en se basant sur  la dernière enquête  The global slavery index  réalisée par la fondation Walk Free, une organisation internationale de défense des droits de l’Homme.
 
167 pays ont été passés au crible par l’ONG qui qualifie d'esclavage moderne le trafic d’êtres humains,  le travail forcé, la "servitude pour dettes", le mariage forcé ou arrangé, et le travail des enfants. L'enquête fait état d'une hausse de 20% sur un an que Walk Free relativise en partie en précisant qu'elle est « due, en majorité, à l’amélioration de la précision de nos mesures, et au fait que nous découvrons des cas d’esclavage moderne là où nous n’en avons pas détecté auparavant. » À elle seule, l'Inde concentre quelque 14,2 millions d'esclaves, l'Asie et l'Afrique sont les plus touchées mais, souligne l'ONG, « l’esclavage moderne est présent dans l’ensemble des 167 pays étudiés ». La France compterait 8 600 "esclaves modernes".









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires