Vu, lu, entendu... Travail

Pour penser la crise, en Bretagne, l'Institut de Silfiac.


28/11/2013

Le 14 Décembre, L'institut de Silfiac organise à Cléguerec en plein centre Bretagne, un colloque sur le thème « Face aux crises du "modèle breton" : quelles ambitions soutenables, durables et solidaires ? » Voilà une bonne occasion de prendre le recul nécessaire à la compréhension des mouvements sociaux de ce dernier mois et d'enlever son bonnet pour penser un avenir durable et solidaire en Bretagne.




Rompre les cloisonnements

Créé en 2008, « L’Institut de Silfiac / Skol Uhel Silieg s’est donné pour objectif d’être, au niveau de la région Bretagne, un lieu de réflexion sur la crise de civilisation que connait notre société. »

Présidé par Jean-Luc Derrien, chargé d’enseignement au CNAM en Sciences des organisations, militant associatif, président du CES de Saint-Brieuc, l'institut s'est doté d'un comité scientifique présidé par Jean-Claude Pierre, membre fondateur de l’Institut de Silfiac. Issu du mouvement coopératif, il a contribué à fonder l’association Eau et Rivières de Bretagne en 1969. Autour de lui, on trouve sept personnalités, universitaires, enseignants, chercheurs, engagés pour le développement durable en Bretagne.

Depuis sa création, l'Institut a organisé plus d'une dizaine de colloques dits « journées de Silfiac » balayant les grandes questions du Développement durable et solidaire. Il réunit à chaque fois des militants associatifs, élus, membres ou représentants de syndicats, universitaires, chercheurs, étudiants… Cette grande diversité des participants est l’une des particularités de l’Institut, c’est le lieu où ces acteurs se rencontrent, peuvent débattre ensemble, l’Institut de Silfiac veut rompre les cloisonnements.

Pour en savoir plus, voir le site de l'Institut de Silfiac.

Le 14 décembre : Face aux crises du « modèle breton » : quelles ambitions soutenables, durables et solidaires ?

« L’Institut de Silfiac entend jouer pleinement son rôle dans l’indispensable réflexion face à la crise qui secoue actuellement la Bretagne. Cette crise de l’agroalimentaire n’est évidemment pas une crise conjoncturelle. Elle était annoncée, depuis que nous savions que la PAC devait-être modifiée, mais n’a pas été anticipée. L’ampleur des problèmes posés et la place de ce secteur dans les dynamiques économiques et politiques bretonnes nécessitent que nous y consacrions rapidement une journée de réflexion. Le samedi 14 décembre prochain, nous échangerons donc analyses et propositions avec des forces sociales soucieuses de faire évoluer le modèle productif breton. »

Le programme de la journée du 14 Décembre
 
9h15 : accueil
9h45 : analyses et propositions
interventions de :
  • Jean- Marie Lusson, scientifique, rad (réseau agri durable),
  • Jean-Luc Feillant, secrétaire général de la CFDT Agroalimentaire Bretagne,
  • Mona Bras, conseillère régionale UDB,
  • Pierre Maille, président du Conseil général du Finistère,
  • René Louail, agriculteur, conseiller régional EELV ,
  • Thierry Gourlay, secrétaire général du Comité Régional CGT de Bretagne.
13h : repas bio sur place
14 h 15 :
Quelles perspectives ? Quelles priorités ? pour une alternative au productivisme ?
Introductions :
  • Benoit Drouin, producteur et administrateur des Poulets de Loué, président du réseau agriculture durable de l’ouest,
  • Jean-Claude Pierre, président du comité scientifique de l’Institut de Silfiac,
  • Jean-Marc Thomas, porte-parole de la Confédération paysanne Bretagne,
  • Marc Humbert, professeur d‘économie politique, université de Rennes 1,
  • Patrick Thomas, président du CEDAPA (Centre d’Étude pour un Développement Agricole plus Autonome).
Débats participants / intervenants :
avec la complicité imaginative et culturelle du dessinateur Alain Goutal.
16 h 45 : Conclusions
17h00 : Pot de fin de journée

Pour penser la crise, en Bretagne, l'Institut de Silfiac.

Silfiac une commune en développement durable.

Ce n'est pas un hasard si l'institut engagé pour un développement durable s'identifie à la commune de Silfiac, en Morbihan rural, et s'y est installé. « Cette commune, située au cœur de la Bretagne, fait figure de commune pionnière en matière de développement durable depuis déjà plusieurs années. L’Institut ainsi idéalement situé - les participants viennent des 5 coins de la Bretagne - contribue au rayonnement du centre Bretagne. »

Pour en savoir plus sur Silfiac, "un village sauvé par l'écologie" un reportage du magazine L'Express.







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Dingue

« On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas ! », a pesté mardi Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée par l'Elysée le montrant en réunion de travail. Comment c'est qu'il cause, maintenant, not'Jupiter ? La vidéo ne dit pas tout. « On ne mettra pas un radis de plus, aurait-il ajouté, on a déjà lâché un pognon de dingue aux riches pour des clous, pas question de pisser encore dans un violon... » Etc. Etc. Que retenir surtout de cette scène  ? On ne sait pas par quel magie le Président va améliorer le sort des pauvres sans dépenser plus alors que 30 à 50 % des aides ne sont pas utilisées par ceux qui y ont droit. Mais le message est ailleurs. Voyez comme le Président est simple, il parle mal, il ne peut pas être le "président des riches". Le bas peuple y sera-t-il sensible ? Pas sûr. La com' est un truc de dingue. Et qui coûte un peu trop de pognon. 

Michel Rouger

15/06/2018

Nono