Vu, lu, entendu... Travail

18/12/2013

Un film d'animation pour connaître les coopératives




Travailler et entreprendre autrement est une aspiration partagée par un nombre de plus en plus grand de personnes et particulièrement les jeunes comme en témoignent la plupart des portraits publiés par Histoires Ordinaires. Le mouvement coopératif, vieux de plus de 200 ans, crée un cadre de gouvernance économique et sociale propice pour répondre concrètement à cette aspiration. Mais les fondements et le fonctionnement des coopératives restent aujourd'hui largement ignorés. Pourtant le monde coopératif est très actif en France (et de par le monde) bien loin de l'image d'Epinal de notre enfance de "la coop avec ses timbres" !  

Désormais un film d'animation répond simplement et précisément à la question  "qu'est-ce qu'une coopérative ?".
On doit cette initiative au Groupement national de la coopération (GNC), qui réunit 21 000 entreprises coopératives françaises présentes dans la plupart des secteurs d’activité. Ensemble elles emploient un million de salariés.

Voir le site du groupement : COOP.fr






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono