Vu, lu, entendu...

15/09/2011

L'histoire du "Garage du n'importe quoi"



L'histoire du "Garage du n'importe quoi"
Vous aimez lire nos "histoires ordinaires" alors découvrez celle que nous conte Clément Bellorini dans la revue XXI.

"J’ai persévéré jusqu’au master I de droit pénal pour m’assurer que cette voie ne me plaisait pas, se présente-t-il d'emblée dans sa courte biographie. C’est vers l'humanitaire que je m’oriente, d’abord autour d’un projet de cirque en Serbie et au Kosovo, un master à l’Institut d’Etudes Humanitaire d’Aix, puis au Guatemala. Il en ressort une envie d’écrire, de raconter, de faire partager. Le quotidien de personnes ordinaires, les destins anonymes sont mes sujets de prédilection.". Alors bienvenue dans les colonnes d'Histoires Ordinaires

L'histoire ordinaire que nous raconte Clément Bellirini est celle  du « garage du n’importe quoi », un chapiteau dressé en Seine-Saint-Denis sur les ruines d’un garage incendié, en plein cœur d’un camp de Roms, pour le plus grand bonheur des enfants, mais pas uniquement.. A découvir en suivant ce lien.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires