15/09/2011

L'histoire du "Garage du n'importe quoi"



L'histoire du "Garage du n'importe quoi"
Vous aimez lire nos "histoires ordinaires" alors découvrez celle que nous conte Clément Bellorini dans la revue XXI.

"J’ai persévéré jusqu’au master I de droit pénal pour m’assurer que cette voie ne me plaisait pas, se présente-t-il d'emblée dans sa courte biographie. C’est vers l'humanitaire que je m’oriente, d’abord autour d’un projet de cirque en Serbie et au Kosovo, un master à l’Institut d’Etudes Humanitaire d’Aix, puis au Guatemala. Il en ressort une envie d’écrire, de raconter, de faire partager. Le quotidien de personnes ordinaires, les destins anonymes sont mes sujets de prédilection.". Alors bienvenue dans les colonnes d'Histoires Ordinaires

L'histoire ordinaire que nous raconte Clément Bellirini est celle  du « garage du n’importe quoi », un chapiteau dressé en Seine-Saint-Denis sur les ruines d’un garage incendié, en plein cœur d’un camp de Roms, pour le plus grand bonheur des enfants, mais pas uniquement.. A découvir en suivant ce lien.








Le billet de la semaine

Palestine


Notre "guerre" contre le virus et notre couvre-feu apparaissent ô combien ridicules aujourd’hui devant le deuil, la colère et la peur qui envahissent de nouveau la Palestine. A Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem mais aussi cette fois dans les villes israéliennes. De guerre lasse comme l’on dit, l’opinion mondiale avait fini par se détourner du drame des Palestiniens. Les démocraties européennes fermaient les yeux sur une colonisation toujours plus agressive, un apartheid sans complexe, la dérive dans les deux camps de pouvoirs corrompus, l’enracinement d’une extrême droite israélienne jeune et provocatrice. L’Europe ne devrait pourtant jamais oublier que la confrontation qui continue sans fin d’ensanglanter la Palestine est née surtout de son propre passé antisémite et colonial.

Michel Rouger
20210513_palestine.mp3 20210513 Palestine.mp3  (936.86 Ko)


12/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires