Vu, lu, entendu...

25/01/2013

Entreprises : les « Prix de la honte » 2013



Entreprises : les « Prix de la honte » 2013
Chaque année, à l'occasion du Forum économique de Davos qui s'est tenu du 23 au 27 janvier, ont lieu les Public Eye People's Award, décernés par Greepeace Suisse et La Déclaration de Berne. Cette année, les grands vainqueurs des « Prix de la honte » reviennent à Shell, prix du public, et Goldman Sachs, prix du jury. Ils sont attribués à ces entreprises en raison « des atteintes aux droits humains ainsi que des crimes environnementaux particulièrement graves, commis par des entreprises irresponsables ».


Shell : être là en premier

Le premier prix revient à Shell qui prévoit d'exploiter la région sensible de l'Arctique en quête d'énergie fossile. Le réchauffement climatique n'est pas une catastrophe pour tout le monde puisqu'il rend cette exploitation possible grâce à la fonte rapide des glaces Les énergies renouvelables ne sont plus du tout inscrites dans la stratégie à long terme du groupe. Shell entrevoit une réelle opportunité en Alaska, affirmant que « tout comme la première fois où l’homme a posé le pied sur la lune, il est toujours préférable d’être là en premier ».

La compagnie pétrolière n’hésite pas à creuser des mines à ciel ouvert dans la forêt boréale canadienne pour accéder aux sables bitumeux. Elle gère la plateforme pétrolière la plus profonde du monde dans le Golfe du Mexique (plus de 2500 mètres). Elle est le cauchemar du Delta du Niger. Shell fait toujours parler d’elle dès qu’il est question de méthodes d’extraction du pétrole polluantes, risquées et controversées.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Entreprises : les « Prix de la honte » 2013
La banque qui dirige le monde

Le deuxième prix revient à Goldman Sachs qui profite de chaque crise. La banque US plongent des Etats entiers, comme la Grèce, dans la ruine. Entre 1998 et 2009, Goldman Sachs a incité les gouvernants du pays à camoufler la moitié des dettes avec une fausse comptabilité, en échange d’honoraires exorbitants. On sait ce que cela donne aujourd'hui alors que les bénéfices de la banque atteignent au moins 600 millions de dollars et a attribué aux 12 membres de son équipe dirigeante 102,2 millions de dollars de bonus pour l'exercice 2012,  obtient le et que la Grèce devra verser jusqu'en 2037, 400 millions par an.

Pour en savoir plus, cliquez ici







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires