Vu, lu, entendu...

25/01/2013

Entreprises : les « Prix de la honte » 2013



Entreprises : les « Prix de la honte » 2013
Chaque année, à l'occasion du Forum économique de Davos qui s'est tenu du 23 au 27 janvier, ont lieu les Public Eye People's Award, décernés par Greepeace Suisse et La Déclaration de Berne. Cette année, les grands vainqueurs des « Prix de la honte » reviennent à Shell, prix du public, et Goldman Sachs, prix du jury. Ils sont attribués à ces entreprises en raison « des atteintes aux droits humains ainsi que des crimes environnementaux particulièrement graves, commis par des entreprises irresponsables ».


Shell : être là en premier

Le premier prix revient à Shell qui prévoit d'exploiter la région sensible de l'Arctique en quête d'énergie fossile. Le réchauffement climatique n'est pas une catastrophe pour tout le monde puisqu'il rend cette exploitation possible grâce à la fonte rapide des glaces Les énergies renouvelables ne sont plus du tout inscrites dans la stratégie à long terme du groupe. Shell entrevoit une réelle opportunité en Alaska, affirmant que « tout comme la première fois où l’homme a posé le pied sur la lune, il est toujours préférable d’être là en premier ».

La compagnie pétrolière n’hésite pas à creuser des mines à ciel ouvert dans la forêt boréale canadienne pour accéder aux sables bitumeux. Elle gère la plateforme pétrolière la plus profonde du monde dans le Golfe du Mexique (plus de 2500 mètres). Elle est le cauchemar du Delta du Niger. Shell fait toujours parler d’elle dès qu’il est question de méthodes d’extraction du pétrole polluantes, risquées et controversées.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Entreprises : les « Prix de la honte » 2013
La banque qui dirige le monde

Le deuxième prix revient à Goldman Sachs qui profite de chaque crise. La banque US plongent des Etats entiers, comme la Grèce, dans la ruine. Entre 1998 et 2009, Goldman Sachs a incité les gouvernants du pays à camoufler la moitié des dettes avec une fausse comptabilité, en échange d’honoraires exorbitants. On sait ce que cela donne aujourd'hui alors que les bénéfices de la banque atteignent au moins 600 millions de dollars et a attribué aux 12 membres de son équipe dirigeante 102,2 millions de dollars de bonus pour l'exercice 2012,  obtient le et que la Grèce devra verser jusqu'en 2037, 400 millions par an.

Pour en savoir plus, cliquez ici











Le billet de la semaine

​Democratic Circus


Tombera, tombera pas ? Les citoyens de cette Terre vont-ils devoir assister quatre ans encore aux calembredaines et agressions du politicien le plus puissant et le plus foutraque du monde ? Le suspense grandit à trois semaines du scrutin d'autant que Trump ne quittera pas facilement la piste, sa sortie pourrait même se révéler interminable et explosive. En fait, tout est possible tant le système électoral américain est peu démocratique. Au terme d'une campagne comme d'habitude crapoteuse et noyée sous les dollars, il n'est pas impossible que le suffrage universel soit de nouveau bafoué. En 2000, le démocrate Al Gore,  défenseur du climat, avait gagné mais c'est le républicain Bush le cruche, pyromane au Moyen-Orient, qui avait été élu. En 2016, Trump, bien que battu de 2,7 millions de voix, a gagné. Quoi qu'il arrive, la Trump Parade finale dira beaucoup de l'état de la démocratie outre Atlantique.

Michel Rouger
vocal_001_9.mp3 Vocal 001.mp3  (550.45 Ko)


14/10/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires