Vu, lu, entendu... Travail

11/11/2015

​« Zéro chômeur de longue durée » : large accord




A la quasi-unanimité (174 voix pour, une seule abstention), le Conseil économique, social et environnemental (CESE), l’organe de la société civile (patronat, syndicats, associations…) a donné un avril favorable le 10 novembre à l’expérimentation « Territoires zéro chômeur de longue durée ». Dans son avis, le CESE « partage l’ambition du projet qui repose sur la reconnaissance et la mise en œuvre des compétences des personnes durablement privées d’emploi. En explorant la voie du développement d’activités nouvelles à l’échelle locale, l’expérimentation s’inscrit dans un volontarisme de nature à fédérer l’ensemble des acteurs contre le découragement qui prévaut habituellement face au chômage de longue durée. »

Soulignant « deux atouts principaux », l’expérimentation de solutions nouvelles « sans prendre le risque d’une remise en cause non maîtrisée de l’existant » et le fait de parier « sur la volonté collective des acteurs territoriaux », le Conseil note aussi divers points de vigilance (respect du CDI, financement, évaluation…)

Le mouvement ATD Quart Monde, chef de file de l’opération, mobilise de son côté avant la discussion de la proposition de loi socialiste qui doit intervenir à l’Assemblée le 25 novembre. Il propose aux citoyens d’écrire à leurs élus avec un modèle de lettre que l’on trouve sur le site. En outre, un rassemblement est organisé le 25 novembre aux Invalides. 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires