Coronavirus Covid-19

11/05/2020

" Pourquoi les femmes paient un si lourd tribut"



Capture d'écran YouTube sur un reportage de France 3 Corse ViaStella au service de réanimation du centre hospitalier d’Ajaccio
Capture d'écran YouTube sur un reportage de France 3 Corse ViaStella au service de réanimation du centre hospitalier d’Ajaccio
Sur le HuffPost, Sandra Lorenzo présente un dossier détaillé sur le lourd tribut payé par les femmes face au coronavirus et au confinement. Tout simplement parce qu'elles sont en première ligne dans certains métiers indispensables mais aussi à la maison. Les métiers ?  "90% des caissiers sont des femmes. 87,7% des infirmiers sont des femmes. 90% des aide-soignants sont des femmes. 70,5% des agents d’entretien sont des femmes." 

Les métiers du "care" (en anglais, “prendre soin des autres”) "se caractérisent par des niveaux de salaires bas et une faible reconnaissance de la société à leur égard", souligne Sandra Lorenzo en ajoutant des liens vers des témoignages de deux caissières, d'une infirmière, d'une assistante maternelle, d'une enseignante. 

Les femmes sont aussi en première ligne à la maison, pour les enfants, les courses, et elles sont victimes d'une recrudescence des violences conjugales comme le montrent là aussi plusieurs témoignages. Le dossier n'oublie pas l'engagement bénévole de nombreuses femmes dans la confection de ces masques qui ont tant manqué... 



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires