Vu, lu, entendu... Travail

Usines chinoises : le géant du jouet ne change pas


06/12/2012



Usines chinoises : le géant du jouet ne change pas
Régulièrement accusé d'exploiter les ouvriers et ouvrières chinois par sous-traitants interposés, le géant états-unien du jouet Mattel est de nouveau sur la sellette dans une enquête réalisée dans quatre usines par l'ONG China Labor Watch (CLW) qui a pu envoyer de courageux militants se faire embaucher.

Publiée par Peuples Solidaires, l'enquête démontre par exemple que les salariés doivent accepter de travailler 12 heures par jour, 6 à 7 jours par semaine, pour avoir un revenu de l'ordre de 300 euros ; accepter aussi de mettre leur vie en danger en manipulant des produits dangereux ou en respirant des produits toxiques. Etc. Tous les faits et analyses ci-dessous dans le rapport.
 
rapport_mattel_3.pdf RAPPORT-MATTEL-3.pdf  (2.08 Mo)





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Dingue

« On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas ! », a pesté mardi Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée par l'Elysée le montrant en réunion de travail. Comment c'est qu'il cause, maintenant, not'Jupiter ? La vidéo ne dit pas tout. « On ne mettra pas un radis de plus, aurait-il ajouté, on a déjà lâché un pognon de dingue aux riches pour des clous, pas question de pisser encore dans un violon... » Etc. Etc. Que retenir surtout de cette scène  ? On ne sait pas par quel magie le Président va améliorer le sort des pauvres sans dépenser plus alors que 30 à 50 % des aides ne sont pas utilisées par ceux qui y ont droit. Mais le message est ailleurs. Voyez comme le Président est simple, il parle mal, il ne peut pas être le "président des riches". Le bas peuple y sera-t-il sensible ? Pas sûr. La com' est un truc de dingue. Et qui coûte un peu trop de pognon. 

Michel Rouger

15/06/2018

Nono