Vu, lu, entendu... Travail

31/08/2011

Quand Prévert parle de Citroën


Poème contemporain au groupe Octobre (1930 -1937). André Citroën perdit des millions au casino et licencia tous les ouvriers des quais de Javel (là où se situait sa plus grosse entreprise). C'est Jacques Prévert lui-même qui dit son texte.



Pour en savoir plus sur Jacques Prévert et le Groupe Octobre

Le Groupe Octobre par Wikipédia

Allier avant garde politique et militantisme

par Laure LAFFARGUE Groupe Octobre fiche CNAM.doc   à télécharger (document word)

On y apprend notamment que : Le mode d’action du Groupe Octobre est étroitement lié au contexte politique. Le groupe intervient là où se trouve le public prolétarien auquel il désire s’adresser. Ils joueront ainsi dans des endroits paraissant incongrus pour le milieu culturel de l’époque, « par nécessité autant que par conviction »33, les lieux scéniques disponibles étant rares. Dans les cours d’usines ils rassembleront autour de leurs tréteaux les ouvriers en grèves (comme avec le texte Citroën qui sera repris par Les Faucons Rouges lors des grèves de 1936), ils apparaîtront à la sortie de meeting politiques ou syndicaux, dans de grands magasins ils joueront pour les caissières en grève, ils occuperont les cafés, la rue ...
 
Prévert écrit très rapidement, parfois quelques heures avant l’intervention, le groupe se rassemble tend une toile de fond de scène derrière laquelle chacun se maquille et la pièce peut commencer. Leurs interventions utilisent beaucoup le chœur parlé, les chansons, les poèmes (le groupe lit également des textes d’Aragon, d’Eluard ....).
 
La forme met l’accent sur le travail de coopération du groupe, en opposition avec la mise en valeur de la prestation d’un artiste, à travers l’utilisation du chœur mais aussi de l’improvisation à l’intérieur du canevas proposé. Les textes de Prévert sont cinglants, drôles et toujours poétiques, des mots qui contrastent avec les slogans simplistes des pancartes des grévistes.



La fabrique de l'histoire, Juillet 2011, parle du Groupe Octobre


Une très riche source documentaire : le fonds Jacques Prévert à la Bibliothèque Municipale de Lyon





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Retraitons

65 articles, 22 000 amendements… En ce moment, douze heures par jour, les députés de la commission retraite traitent et retraitent la réforme des retraites avant que l’Assemblée à partir du 17 février, traite et retraite derechef la réforme des retraites sachant que personne ne veut battre en retraite... Jeux de mots faciles ? Oui, et indécents tant les inégalités sont et resteront au cœur du système. Mais n’est-ce pas cela qui caractérise cette réforme et bien d’autres gestes politiques en ce moment : un jeu de mots. On joue avec les mots, on se paye de mots. Quand le fleuve de mots du "Grand débat"  finit perdu dans les sables, quand la promesse présidentielle d’une société plus humaine est étouffée par les violences policières, quand les actes révèlent l’imposture d’un projet "et de droite et de gauche", quand chaque réforme dite juste se révèle injuste, les mots perdent leur sens, la confusion règne. Difficile alors pour l’opinion d’adhérer à cette réforme des retraites, quoi que fassent les députés jusque tard dans la nuit.

Michel Rouger

06/02/2020

Nono












Partenaires