Vu, lu, entendu... Travail

28/02/2013

Ouvriers chinois : Samsung attaqué devant un tribunal français




Ouvriers chinois : Samsung attaqué devant un tribunal français
C'est une première : mardi 26 février, trois organisations françaises, Peuples Solidaires, SHERPA et Indecosa-CGT, ont déposé plainte auprès du tribunal de Bobigny contre le géant coréen Samsung sur la base de pratiques commerciales trompeuses.
 
« Samsung, explique Peuples Solidaires, prétend s’assurer du respect des droits des ouvriers qui fabriquent ses produits en s’imposant des codes de bonne conduite comportant des règles éthiques strictes », en réalité « elle ferme les yeux sur les conditions de travail indignes qui prévalent dans les usines chinoises qui fabriquent pour son compte » ainsi que le montrent les enquêtes réalisées par des membres infiltrés de l’association China Labor Watch auprès d’une dizaine de fournisseurs chinois de la marque.

« À ce jour, souligne Peuples Solidaires, les juridictions françaises ne se sont jamais encore prononcées sur la question de savoir si les engagements éthiques de nature mensongère d’une entreprise pouvaient être constitutifs d’une pratique commerciale trompeuse, et à ce titre pénalement répréhensible. »




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires