Vu, lu, entendu... Travail

Les Jardins de Cocagne cultivent la solidarité


31/01/2012



Les Jardins de Cocagne cultivent la solidarité
L'association des jardins de Keribet vient d'adhérer au réseau Cocagne : une manière de sortir de l'isolement pour s'appuyer sur un réseau de coopération fort de plus de 100 associations sur toutes la France et qui s'étend en Europe.

Le premier Jardin de Cocagne a vu le jour à Besançon en 1991. Comme lui, tous les adhérents au "réseau Cocagne" ont pour vocation d'accueillir des personnes en situation précaire et de leur donner l'occasion de se reconstruire au plan personnel et professionnel en contribuant à la production de fruits et légumes bio. 

Ils gèrent prioritairement des chantiers d'insertion, mais le réseau commence à accueillir des entreprises d'insertion, à l'instar des Jardins de Keribet. Elles assurent un vrai emploi en CDD d'insertion sur des durées pouvant aller jusqu'à 24 mois.

Les Jardins de Cocagne ne rempliraient pas leur mission et ne sauraient pas se financer s'ils ne s'appuyaient pas sur des "adhérents consommateurs" qui s'engagent, dans la durée, à acheter la production sous forme de paniers.

Les association du réseau doivent respecter les principes d'une charte qui fixe 4 engagements principaux :
  • Lutter contre les exclusions et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable, chez des femmes et des hommes en difficultés sociales et professionnelles, dans le cadre d’une activité de travail valorisante.
  • Produire dans le respect du cahier des charges de l’Agriculture Biologique
  • Commercialiser la production à destination d’un réseau d’adhérents-consommateurs
  • Intégrer le secteur professionnel agricole local


Une interview du fondateur

Dans cet interview qui date de 2007, le fondateur des Jardins de Cocagne rappelle l'origine du réseau et ses buts.


Reportage

Un reportage qui illustre bien le projet des Jardins de Cocagne





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Les routes du rhum

Dimanche, 2 h du matin. Dans quelques heures, l'épreuve mythique sera lancée. Sur un trottoir gît une bouteille vide : la marée humaine n'a pas provoqué que des goulots d'étranglement... Guadeloupe et Martinique bord à bord, la course du rhum anime depuis des jours la cité corsaire. Le rhum coule, irrigue, arrange le sang du conducteur : tiens bon la barre et tiens bon l'volant, hisse et ho ! Bientôt, oscilleront à leur tour quelques pitres à Pointe-à-Pitre. Les rhumiers co-fondateurs de la Route du Rhum il y a 40 ans ont bien maîtrisé les vents contraires de la loi Évin limitant la publicité sur les alcools. Mais du fond d'un verre monte parfois une illumination. "Anglais, nous lancerons une course Saint-Malo – Afrique – Antilles en souvenir de nos grands voiliers négriers qui ont transporté à fond de cale des milliers d'esclaves vers les champs de canne à sucre ! La Route du Rhum Triangulaire".

Michel Rouger

08/11/2018

Nono