Vu, lu, entendu... Travail

17/06/2013

« Ensemble, soutenons l'industrie automobile »




« Ensemble, soutenons l'industrie automobile »
Si la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois a retenu l'attention de l'opînion, le drame que vit la filière automobile en Bretagne autour de l'usine PSA de Rennes La Janais a été beaucoup moins médiatisé. De 12 000 salariés il y a cinq ans, l'usine bretonne va pourtant tomber à 4 000 l'an prochain : l'équivalent de deux usines d'Aulnay fermé sans bruit. À l'initiative de la municipalité de Chartres-de-Bretagne, où est implantée l'usine, une pétition a été lancée sur Avaaz  pour obtenir une rencontre urgente entre le Président de la République et une délégation d'élus et de représentants des salariés.

« En contrepartie des millions d’euros qui financent les journées de chômage, PSA doit impérativement annoncer le plan de relance de la production, et notamment le remplacement de la C5. Il s’impose que de tels engagements soient annoncés avant juillet 2013 » soulignent les organisateurs de la pétition qui notent que la crise plonge aussi « salariés et sous-traitants dans l’incertitude et le désespoir (Bretagne Ateliers, Cooper Standard, Faurecia, Delphi Automotive Systeme, Lear… ainsi que tous les prestataires de service...) »






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono