Vu, lu, entendu... Travail

En Chine, des ouvriers travaillant pour IPhone et IPad intoxiqués


12/05/2011



Trois des salariés intoxiqués
Trois des salariés intoxiqués
En 2008 et 2009, 137 salarié(e)s d’une usine Wintek, fournisseur d’Apple, ont été intoxiqué(e)s au N-Hexane, un solvant hautement toxique utilisé pour nettoyer les écrans d’iPhones et d’iPads, qui s’attaque au système nerveux central et cause des lésions neurologiques qui se traduisent en maux de tête, paralysies, faiblesses musculaires... La santé de 22 de ces travailleurs-euses est toujours gravement menacée.

A l’occasion de la journée d’action internationale pour des conditions de travail décentes dans l’industrie de l’électronique, samedi 7 mai, "Peuples Solidaires" et le collectif "Ethique sur l’étiquette" ont lancé un Appel Urgent exhortant Steve Jobs, PDG charismatique d'Apple, à prendre ses responsabilités et garantir des conditions de travail décentes aux ouvriers qui fabriquent ses produits.

Lire le témoignage des victimes et signer l'appel sur le site de Peuples Solidaires 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono