Vu, lu, entendu... Travail

12/05/2011

En Chine, des ouvriers travaillant pour IPhone et IPad intoxiqués




Trois des salariés intoxiqués
Trois des salariés intoxiqués
En 2008 et 2009, 137 salarié(e)s d’une usine Wintek, fournisseur d’Apple, ont été intoxiqué(e)s au N-Hexane, un solvant hautement toxique utilisé pour nettoyer les écrans d’iPhones et d’iPads, qui s’attaque au système nerveux central et cause des lésions neurologiques qui se traduisent en maux de tête, paralysies, faiblesses musculaires... La santé de 22 de ces travailleurs-euses est toujours gravement menacée.

A l’occasion de la journée d’action internationale pour des conditions de travail décentes dans l’industrie de l’électronique, samedi 7 mai, "Peuples Solidaires" et le collectif "Ethique sur l’étiquette" ont lancé un Appel Urgent exhortant Steve Jobs, PDG charismatique d'Apple, à prendre ses responsabilités et garantir des conditions de travail décentes aux ouvriers qui fabriquent ses produits.

Lire le témoignage des victimes et signer l'appel sur le site de Peuples Solidaires 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono