Vu, lu, entendu... Travail

En Chine, Barbie assassine


22/06/2011



En Chine, Barbie assassine
Peuples Solidaires  invite, dans son dernier "Appel Urgent", à intervenir auprès du fabricant de jouet Mattei sur les conditions de travail des ouvrières du jouet en Chine. Elles « poussent certaines d’entre elles au suicide. C’est le cas de Nianzhen Hu qui a choisi de mettre fin à ses jours, le 16 mai 2011, suite à un conflit qui l’opposait à la direction de l’usine dans laquelle elle fabriquait des jouets pour Mattel, leader mondial du secteur.

« Lorsque la famille de Nianzhen Hu s’est rendue sur place,  ajoute Peuples Solidaires,  l’autorisation de voir le corps leur a été refusée pour "des raisons de sécurité".   Quelques jours plus tard, le 20 mai 2011, la famille tente de se rendre sur les lieux afin d’y allumer de l’encens et d'honorer la mémoire de la victime. Cette fois-ci, les proches de la défunte sont tabassés par les agents de sécurité de l’usine à tel point qu'ils devront être hospitalisés d’urgence.   »   




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono