Vu, lu, entendu...

19/11/2015

"Violences du silence", huit femmes handicapées témoignent



Le film « Violences du silence » réalisé par Catherine Cabrol pour l'association " Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, Femmes handicapées, citoyennes avant tout " ( FDFA ) veut " briser le silence des cris retenus, étouffés, des paroles muselées. Nous devons dénoncer l’indifférence des non-dits, refuser l’invisibilité des femmes handicapées "  comme l'écrit sa présidente Maudy Piot.

Huit histoires à vous glacer le sang

En une vingtaine de minutes, ce sont des situations réelles qui sont évoquées, sans aucun voyeurisme. Les images sont neutres et mettent d'autant plus l'accent sur les mots qui disent la souffrance de ces femmes dont le handicap déclenche la perversité de certains  hommes. 

Violence dans l'intimité de la famille : le mari de Cécile qui pousse le fauteuil dans la rue en pente, la fille d'Olivia qui lui lance " Vivement que tu crèves ! " ou Solange, née sans bras ni jambes, brutalisée et violée par son conjoint.

Violence aussi du quotidien de la rue : Elsa, 40 ans, atteinte de nanisme, raconte comment un jour, sur un quai de métro, un homme l'a soulevée et jetée en l'air. Personne n'a réagi. 

Un numéro à diffuser largement

Les témoignages du film sont tirés directement des histoires, confiées de façon anonyme, à une plateforme téléphonique  dédiée aux femmes handicapées victimes de violence. Selon l'association, cela concerne quatre femmes handicapées sur cinq.

Afin de briser le silence et encourager les victimes à témoigner, un moyen simple, propose la FDFA  : diffuser le numéro d’appel 01 40 47 06 06  ( lundis de 14h30 à 17h30 et jeudis de 10 à 13h ) partout, aussi bien dans le cercle des relations amicales que les institutions (hôpitaux, dispensaires, maternités, maison de retraite, associations, ESAT, universités, dispensaires etc…).









Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires