Vu, lu, entendu...

10/09/2013

Olympe de Gouges au Panthéon : votez !



Olympe de Gouges au Panthéon : votez !
A la fin du mois de septembre, le Président de la République prendra la décision de faire entrer au Panthéon une ou deux personnes. Y reposent aujourd'hui 70 hommes et  2 femmes. Notre pays aurait-il oublié les femmes qui ont aussi fait notre république ?

Une suggestion : pourquoi pas Olympe de Gouges ? Vous ne la connaissez pas ? Pas étonnant, sa première biographie date de 1971.  Et pourtant, la Révolution lui doit beaucoup. Elle a écrit des textes exceptionnels, innovants, féministes et modernes : la Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne et le Contrat social de la Femme et de l'Homme.

Votez pour la citoyenne révolutionnaire

Personnage hors pair, sa Déclaration des droits de la femme est encore d'actualité aujourd'hui : « La femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits, les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune ». Aïeule des féministes, elle a été la seule, avec Condorcet, à réclamer les mêmes droits pour les hommes et pour les femmes : droit de vote, droit d'être élue et de siéger à l'assemblée, accès à l'instruction, à l'exercice de tous les métiers, participation des femmes à la vie politique, éligibilité, suffrage universel... 

Auteure d'une trentaine de pièces de théâtre, de romans, de nouvelles, de brochures et des manifestes politiques, elle s'est engagée avec enthousiasme dans les idées nouvelles de la Révolution : « Si la femme a le droit  de monter sur l'échafaud, elle doit également avoir celui de monter à la tribune ».  C'est sur l'échafaud qu'elle montera en 1793.

Alors pourquoi pas Olympe de Gouges au Panthéon ? Il est possible de voter jusqu'au 22 septembre en suivant  " Avez-vous déjà visité le Panthéon ? " sur ce lien http://pantheon-consultation.monuments-nationaux.fr/quizz






1.Posté par Réjane Niogret le 30/09/2013 15:32
Bonjour,
La question de l’entrée des femmes au Panthéon est, à mes yeux, l’occasion de s’intéresser aux femmes illustres de notre histoire, de savourer sans modération les textes de nos auteures fétiches :
http://naturewriting.wordpress.com/2013/09/29/entree-des-femmes-au-pantheon-demandez-le-programme/
et de participer à des lectures comme "Il était une fois, Colette" le 6 octobre prochain, un Café littéraire où le quintette du Salon du livre d’Ambronay (01) présentera une biographie vivante et musicale de l’écrivaine :
http://salondulivre.ambronay.fr/nos-animations/cafe-litteraire.html



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires