Vu, lu, entendu...

La xénophobie est un business


10/10/2013



La xénophobie est un business

Sur le site La vie des idées, Pierre Ollivier WEISS propose une note de lecture de l'ouvrage de Claire RODIER  "Xenophobie business".

Je trouve particulièrement intéressant cette analyse des migrations à destination de l'Europe. Et évidemment, encore plus à la lumière du dernier drame - tellement "banal"- de Lampedusa.  Il faut se reporter trente ans en arrière et se rappeler comment, à l'époque, les pays occidentaux, France en tête avec déjà Bernard Kouchner en figure de proue, envoyaient des navires en mer de Chine pour sauver du naufrage et de la mort ceux qu'on appelaient alors les "boat people".

Autre temps, autre moeurs, si l'on peut dire. Les boat people d'aujourd'hui - des vies humaines pourtant, comme ceux d'hier - n'ont plus la cote. On les laisse dériver en mer, certains navires européens ignorent même leurs appels au secours quand ils les croisent au large, d'autres se contentent de leur lancer un peu d'essence ou de vivres en guise de B.A. Et, pour justifier des attitudes injustifiables, nos gouvernements nous parlent de "mafias, de réseaux organisés" que l'on encouragerait en venant au secours de ces humains en perdition...

 

Comme si, à l'époque des "boat people" estampillés, les "mafias et les réseaux organisés" ne prenaient pas leur part -leur dîme?- dans cet exode, tout comme  aujourd'hui. Mais dans ces années-là, ce n'étais pas ça le plus important. Ce qui comptait d'abord, c'était de sauver des vies en danger.

Clarisse Lucas






Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​On y croit

« Nous avons besoin de repenser un grand projet social », a dit le Président. Ce n'est pas une blague lancée au téléphone à l'ami Hanouna. Ni un nouveau coup de com'. C'est du sérieux. C'était dimanche soir, aux vœux. « Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays », a dit aussi notre Kennedy à nous. Et voilà que dès potron-minet chaque Français pense au grand projet social. S'en va lutter contre la stigmatisation des chômeurs et des migrants, les attaques contre les HLM ou l'audio-visuel public. S'en va lutter contre les projets du gouvernement. Pense justice, liberté, égalité, fraternité, écologie pour tous. La bataille des valeurs entre la droite et la gauche, à l'obsolescence programmée, est de nouveau en marche. Des députés marcheurs redeviennent d'ailleurs socialistes. On y croit, Président. C'est promis. Le citoyen français sera ainsi en 2018 : sitôt levé, sitôt debout.

Michel Rouger

04/01/2018

Nono