Vu, lu, entendu...

Violences conjugales : des conseils simples en vidéo


20/03/2014



Violences conjugales : des conseils simples en vidéo
L’association Libres Terres des Femmes (LTDF) accueille et accompagne les femmes victimes de violences conjugales. Elle vient de publier ses nouveaux films courts d'animation en sept langues : les violences psychologiques, les conséquences sur les enfants et le viol conjugal.

Libres Terres des Femmes s’inscrit dans le réseau existant des acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes. « Il s’agit pour nous de reconnaître, d’écouter, de légitimer et de comprendre leur parole. Chaque femme possède en elle-même les ressources pour être actrice de son histoire et de sa vie : notre action s’attachera à en créer les conditions nécessaires. Nous nous engageons donc à ne jamais imposer un schéma et à demeurer sans a priori sur les solutions à proposer et les choix effectués.  » 

L'association travaille à sortir les femmes de la situation « victime un jour, victime toujours » qui les maintient dans la dépendance. Elle lutte pour que les violences faites aux femmes soient reconnues comme un problème de société et de santé publique.

Une fois le statut de victime entendu, reconnu et légitimé par la société, un travail de reconstruction est nécessaire. Pour mener à bien cette reconstruction de soi, Libres Terres des Femmes met en place tous les moyens nécessaires, dont l’expérience de la « bientraitance ».



Tags : femmes, viol




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono