Vu, lu, entendu...

20/03/2014

Violences conjugales : des conseils simples en vidéo




Violences conjugales : des conseils simples en vidéo
L’association Libres Terres des Femmes (LTDF) accueille et accompagne les femmes victimes de violences conjugales. Elle vient de publier ses nouveaux films courts d'animation en sept langues : les violences psychologiques, les conséquences sur les enfants et le viol conjugal.

Libres Terres des Femmes s’inscrit dans le réseau existant des acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes. « Il s’agit pour nous de reconnaître, d’écouter, de légitimer et de comprendre leur parole. Chaque femme possède en elle-même les ressources pour être actrice de son histoire et de sa vie : notre action s’attachera à en créer les conditions nécessaires. Nous nous engageons donc à ne jamais imposer un schéma et à demeurer sans a priori sur les solutions à proposer et les choix effectués.  » 

L'association travaille à sortir les femmes de la situation « victime un jour, victime toujours » qui les maintient dans la dépendance. Elle lutte pour que les violences faites aux femmes soient reconnues comme un problème de société et de santé publique.

Une fois le statut de victime entendu, reconnu et légitimé par la société, un travail de reconstruction est nécessaire. Pour mener à bien cette reconstruction de soi, Libres Terres des Femmes met en place tous les moyens nécessaires, dont l’expérience de la « bientraitance ».



Tags : femmes, viol



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono