Vu, lu, entendu...

20/01/2014

Un Précis contre les préjugés



Un Précis contre les préjugés
Voilà un long titre qui en dit long : un « Précis à l’usage des journalistes qui veulent écrire sur les Noirs, les Musulmans, les Asiatiques, les Roms, les homos, la banlieue, les femmes … » En bref, on l'a compris, il s'agit d'un ouvrage contre les préjugés. 
 
« On peut porter le voile et être militante féministe, être Rom et chercher un emploi sédentaire, être Noir et ne pas aimer danser…, explique en préambule Virginie Sassoon, initiatrice et coordinatrice de l'ouvrage. La complexité du réel échappe souvent aux représentations médiatiques. De nombreux médias grand public ont pourtant développé des politiques volontaristes en faveur de la 'diversité' mais sans résultats probants. Comment, dès lors, contribuer à faire évoluer les pratiques journalistiques ? »
 
L'ouvrage s'adresse aux journalistes qui transportent facilement ces préjugés, comme leurs lecteurs, mais avec la responsabilité majeure de les faire partager au plus grand nombre. Mais tous les citoyens liront aussi avec intérêt cette petite centaine de pages bourrées d'anecdotes et de réflexions significatives dont les auteurs utilisent l'arme de l'humour et ne prétendent pas donner de leçons.
 
 Le Précis à l'usage des journalistes… est édité par le Cavalier Bleu et l'ONG Panos Europe. 10 €









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires