Vu, lu, entendu...

20/01/2014

Un Précis contre les préjugés



Un Précis contre les préjugés
Voilà un long titre qui en dit long : un « Précis à l’usage des journalistes qui veulent écrire sur les Noirs, les Musulmans, les Asiatiques, les Roms, les homos, la banlieue, les femmes … » En bref, on l'a compris, il s'agit d'un ouvrage contre les préjugés. 
 
« On peut porter le voile et être militante féministe, être Rom et chercher un emploi sédentaire, être Noir et ne pas aimer danser…, explique en préambule Virginie Sassoon, initiatrice et coordinatrice de l'ouvrage. La complexité du réel échappe souvent aux représentations médiatiques. De nombreux médias grand public ont pourtant développé des politiques volontaristes en faveur de la 'diversité' mais sans résultats probants. Comment, dès lors, contribuer à faire évoluer les pratiques journalistiques ? »
 
L'ouvrage s'adresse aux journalistes qui transportent facilement ces préjugés, comme leurs lecteurs, mais avec la responsabilité majeure de les faire partager au plus grand nombre. Mais tous les citoyens liront aussi avec intérêt cette petite centaine de pages bourrées d'anecdotes et de réflexions significatives dont les auteurs utilisent l'arme de l'humour et ne prétendent pas donner de leçons.
 
 Le Précis à l'usage des journalistes… est édité par le Cavalier Bleu et l'ONG Panos Europe. 10 €





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires