Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

14/10/2014

Un site contre le sexisme




Un site contre le sexisme
Le site Macholand a été lancé mardi 14 octobre 2014 à 14h par trois militants Caroline de Haas., l'une des fondatrices d'Osez le féminisme.
 
Drôle et efficace, ce site propose, à chaque personne qui le souhaite, de réagir d'un clic au sexisme  en épinglant pubs, images et propos sexistes vus ou entendus à la télé, dans les journaux, à l’Assemblée nationale, etc. 
 
Ainsi, tout le monde peut dénoncer le sexisme, encore trop souvent présent, en signalant ce qu'il/elle a vu ou entendu et/ou en envoyant un message à ceux qui diffusent des propos machistes. 
 
Il est possible, par exemple, d’envoyer un mail aux 142 députés qui ont soutenu Julien Aubert quand il a insisté pour appeler Sandrine Mazetier « madame le président», alors qu'elle présidait les débats dans l'hémicycle, pour leur préciser qu'aujourd'hui en France on dit madame la présidente. 
 
On peut aussi écrire à la marque de lessive Ariel pour lui signifier qu'au XXIe siècle les papas peuvent et savent aussi faire des lessives, ce qu’a priori Ariel n'a pas encore compris si l’on en croit le site de l'entreprise qui considère que la « lessive en famille » concerne seulement les mamans et leurs enfants et adolescents…

Pour en savoir plus : http://macholand.fr
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono