Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

21/11/2013

Les riches, la société... et nous



Les riches, la société... et nous
Gilles Raveaud, sur son blog publié par Alternatives économiques, fait état d'intéressants travaux sur le comportement des riches publiés par des chercheurs en psychologie de l'université de Berkeley, en Californie.

Constat principal : « Les grands ne font pas attention aux petits » ou, plus exactement, « les personnes à statut social élevé font preuve de moins d'empathie que la moyenne, par exemple lorsqu'une personne leur raconte un épisode difficile de leur vie. » Chacun le pressentait mais un constat fondé sur des recherches sérieuses a plus de valeur que des intuitions...

Lire l'article sur Alternatives économique de ce mois-ci.



À RELIRE OU REVOIR :

La « sécession » des riches : « un enjeu de société, de civilisation »

On peut aller plus loin sur ce sujet avec Thierry Pech, directeur de la rédaction d'Alternatives Économiques, auteur en 2011 du livre « Le temps des riches, anatomie d'une sécession » (Le Seuil, 180 pages, 15 €). Dans cette interview réalisée à l'occasion de la sortie de son ouvrage, il tente une définition des "riches" et explique de façon simple et passionnante le processus qui a amené à leur sécession, en France et ailleurs, avec la complicité de tous. Même les " non-riches", nous tous, pouvons nous interroger sur notre comportement. Histoire de mieux appréhender ce qui est « un enjeu de société, de civilisation. »











Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires