Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

14/11/2012

Regard sur Costa-Gavras et son film « Le Capital »



Regard sur Costa-Gavras et son film « Le Capital »
Morgan Morcel a rencontré le cinéaste Costa-Gavras, invité par son lycée, et vu Le Capital qui sort cette semaine sur les écrans. Il livre son regard sur le film et le cinéaste engagé.

L'autre soir j'allume ma radio, France Inter, c'est Downtown. La voix de l'invité est connue, les propos similaires à ceux déjà entendus. J'attends donc le rappel promotionnel. C'est bien ça. La voix d'un homme qui a toujours défendu ses convictions mais qui refuse cependant le terme de « militant » (sauf si « être militant c'est le respect de mon voisin »). Il se préfère conteur, narrateur d'un monde qu'il traverse répétant plusieurs fois que son « projet cinématographique n'est autre chose que de raconter des histoires ».
 
C'est en tout cas ce qu'il nous avait dit quand nous eûmes la chance de le rencontrer. Costa-Gavras, le réalisateur de Z, d'un Aveu et d'un Amen. Entre autres, car la filmographie est longue de cet homme qui arrive jeune grec à Paris et entame une licence de littérature avant de se rendre compte que ce n'est pas sa voix. Lui qui s'oriente par nature vers la fiction, il veut « écrire » oui, mais « par des images ». Et la page s'écrit.
 
Aujourd'hui sort en salle son dernier film Le Capital. Histoire d'un homme qui veut atteindre les sommets, résistible ascension d'un trader dans le monde de la finance. « L'argent est un outil formidable mais aussi le moyen corrupteur le plus extraordinaire ». Il isole le problème qui l'intéresse, l'exploite, la leçon est là : « À chaque fois qu'on prend un extrémisme, il faut le traiter seul ».
 
« C'est un monde froid » et il faut moins des cinq premières minutes du film pour le comprendre, tout n'est visible que sous l'angle de l'argent. C'est une satire de notre vécu politique et économique et pourtant... Nous ne pouvons nous empêcher de lui demander si la crise qui touche son pays maternel, malgré la déclaration qu'il fit au Nouvel Obs (« Je me fous de ce pays qui ne m'a rien offert »), n'a pas joué un rôle dans le choix du sujet. Pour lui le film est « une métaphore qui doit durer dans le temps », il doit raconter des histoires de notre époque. Il cite alors Les Temps Modernes de Charlie Chaplin comme exemple.
 
Ainsi, « une histoire passée que l'on métapore peut très bien devenir une histoire actuelle ». De plus, l'écriture du scénario est ultérieure à la crise européenne qui n'y entraîna par conséquent que peu de modifications. Nous avons notre réponse. « Il n'y a qu'une phrase sur la crise quand il dit : "Le pire est à venir... " » note Costa Gravas. En effet peu importe la crise, là n'est pas tant le problème.
 
Projecteur surtout sur cette poignée d'hommes aux commandes financières qui peuvent décider de nos vies. « Le peuple n'est qu'un graphique », et il n'apparait qu'une seule fois par l'intermédiaire d'écrans géants. Mais alors où va-t-on ? Costa-Gavras donne son idée : le système ne peut que perdurer « jusqu'à ce que tout pète », comme le souligne Gad Elmaleh les yeux plantés dans les nôtres. Gad Elmaleh, choix à contre-emploi pour le rôle de Marc Tourneuil, « avec un grand risque » admet le réalisateur. Et ça marche.
 
Encore un film dont on ne sort pas indemne pour un cinéaste qui découvrit le cinéma à cette Cinémathèque où l'entrainèrent des amis parce que ça se trouvait à deux pas de la Sorbonne et qui en est maintenant le président. Quand, pour terminer, nous lui faisons remarquer par un trait d'esprit trouvé sur twitter : « Avec tant de films critiques comment cela se fait-il que Costa-Gavras ne soit pas éliminé ? », il répond presque du tac-au-tac : « Quand le film est fait c'est trop tard »...
 
Morgan Morcel
 
 

 
 
 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires