Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

04/04/2013

Le trafic de cannabis « un capitalisme de parias »


Le journal Le Monde a publié un entretien avec Claire Duport, sociologue, à propos du trafic de cannabis, un sujet encore tabou en France.


Marseille, 8ème arrondissement : jardin de Magalone © Radio France - 2012 / Vincent Desjardins
Marseille, 8ème arrondissement : jardin de Magalone © Radio France - 2012 / Vincent Desjardins
Le trafic de cannabis est « un mode entrepreneurial qui s'inscrit totalement dans nos économies capitalistes. Il répond au principe de l'offre et de la demande avec, du côté de la demande, une société « addictogène » qui pousse à la consommation de drogues, et, du côté de l'offre, une marge paupérisée », explique la sociologue Claire Duport, qui travaille sur les réseaux de cannabis avec un groupe d'intervenants sociaux à Marseille.

Le réseau s'organise selon les compétences dont il a besoin. « Il lui faut des "grossistes" et des "semi-Grossistes", des "nourrices" pour stocker les produits, des "charbonneurs" pour les vendre au détail, des "guetteurs" et des "rabatteurs (...). Les nourrices, explique Claire Duport, sont souvent des personnes vulnérables, des mères isolées par exemple, parfois enrôlées sous la menace. »

Evoquant une « économie de la pauvreté », elle poursuit : « seuls, ceux qui sont à la tête des réseaux s'enrichissent. Les autres triment dans des conditions lamentables, pour peu d'argent (...) Si les gens avaient accès à l'emploi, ils n'iraient pas risquer leur peau à dealer. Jamais je n'ai rencontré un jeune dealer qui me disait aimer ce qu'il faisait (...) Des recherches ont montré que le cannabis génère de très faibles revenus pour les revendeurs au détail : ils ne gagnent souvent pas plus d'un SMIC par mois. Ils ont souvent un petit boulot pour compléter leurs revenus. Sans oublier que cette carrière, généralement très courte, a un coût élevé: la violence et le risque d'incarcération ».


Revenant sur cette question de la violence, Claire Duport dit : « une chose est sûre, il y a beaucoup de violence entre les réseaux mais aussi en leur sein. Par exemple, un guetteur qui n'a pas signalé la venue de la police à temps peut passer un très mauvais moment ».
Interrogée sur les renforts policiers envoyés sur Marseille à ce sujet, la sociologue répond: « Pour moi, ce n'est pas une bonne réponse. Encore faudrait-il que ces policiers soient affectés aux problèmes de trafic, formés à travailler dans cet environnement culturel, et l'envisager comme un service de protection. Et non de répression. (...) S'il faut envoyer du renfort dans les cités, ce n'est donc pas tant du côté de la police que du côté des éducateurs et des animateurs sociaux. L'autre piste à envisager, c'est la dépénalisation, voire la légalisation, parce que c'est la criminalisation du commerce qui génère tant de violence ».

Source : Journal Le Monde, dimanche 31 mars, rubrique Société, page 10 (lien  pour les abonnés).





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires