Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

Le trafic de cannabis « un capitalisme de parias »


04/04/2013

Le journal Le Monde a publié un entretien avec Claire Duport, sociologue, à propos du trafic de cannabis, un sujet encore tabou en France.




Marseille, 8ème arrondissement : jardin de Magalone © Radio France - 2012 / Vincent Desjardins
Marseille, 8ème arrondissement : jardin de Magalone © Radio France - 2012 / Vincent Desjardins
Le trafic de cannabis est « un mode entrepreneurial qui s'inscrit totalement dans nos économies capitalistes. Il répond au principe de l'offre et de la demande avec, du côté de la demande, une société « addictogène » qui pousse à la consommation de drogues, et, du côté de l'offre, une marge paupérisée », explique la sociologue Claire Duport, qui travaille sur les réseaux de cannabis avec un groupe d'intervenants sociaux à Marseille.

Le réseau s'organise selon les compétences dont il a besoin. « Il lui faut des "grossistes" et des "semi-Grossistes", des "nourrices" pour stocker les produits, des "charbonneurs" pour les vendre au détail, des "guetteurs" et des "rabatteurs (...). Les nourrices, explique Claire Duport, sont souvent des personnes vulnérables, des mères isolées par exemple, parfois enrôlées sous la menace. »

Evoquant une « économie de la pauvreté », elle poursuit : « seuls, ceux qui sont à la tête des réseaux s'enrichissent. Les autres triment dans des conditions lamentables, pour peu d'argent (...) Si les gens avaient accès à l'emploi, ils n'iraient pas risquer leur peau à dealer. Jamais je n'ai rencontré un jeune dealer qui me disait aimer ce qu'il faisait (...) Des recherches ont montré que le cannabis génère de très faibles revenus pour les revendeurs au détail : ils ne gagnent souvent pas plus d'un SMIC par mois. Ils ont souvent un petit boulot pour compléter leurs revenus. Sans oublier que cette carrière, généralement très courte, a un coût élevé: la violence et le risque d'incarcération ».


Revenant sur cette question de la violence, Claire Duport dit : « une chose est sûre, il y a beaucoup de violence entre les réseaux mais aussi en leur sein. Par exemple, un guetteur qui n'a pas signalé la venue de la police à temps peut passer un très mauvais moment ».
Interrogée sur les renforts policiers envoyés sur Marseille à ce sujet, la sociologue répond: « Pour moi, ce n'est pas une bonne réponse. Encore faudrait-il que ces policiers soient affectés aux problèmes de trafic, formés à travailler dans cet environnement culturel, et l'envisager comme un service de protection. Et non de répression. (...) S'il faut envoyer du renfort dans les cités, ce n'est donc pas tant du côté de la police que du côté des éducateurs et des animateurs sociaux. L'autre piste à envisager, c'est la dépénalisation, voire la légalisation, parce que c'est la criminalisation du commerce qui génère tant de violence ».

Source : Journal Le Monde, dimanche 31 mars, rubrique Société, page 10 (lien  pour les abonnés).





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2015 - 18:34 A voir sur France 5 : Femmes Invisibles

Vendredi 10 Juillet 2015 - 07:48 ​La culture, théâtre des inégalités?



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono