Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

Sucre bio et équitable : Manduvira construit une usine


26/12/2012



Sucre bio et équitable : Manduvira construit une usine
Lancée en 1975 par une quarantaine de petits producteurs de sucre, la coopérative Manduvira, au Paraguay, compte aujourd'hui quelque mille membres et est en train de construire une usine qui va lui permettre de tripler sa production avec une capacité pouvant atteindre 3000 tonnes de sucre de canne par jour. Du sucre 100 % bio vendu par les réseaux du commerce équitable. 
 
L'usine coûte quelque 15 millions de dollars (un peu plus de 11 millions d'euros) dont les deux-tiers sont financés par des organisations comme Oikocredit, organisme de micro-crédit, qui a conçu le montage. La coopérative apporte elle-même les 5 millions de dollars restants. Cette usine, qui sera la première raffinerie de sucre "bio et équitable", doit ouvrir à l'été 2013. Une soixantaine de salariés vont y être embauchés.

Voir l'article de la revue Réforme  ou écouter cet entretien sur Radio Ethic
 





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Novembre 2014 - 10:08 Toute la semaine : la Solidarité internationale



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono