Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

26/12/2012

Sucre bio et équitable : Manduvira construit une usine



Sucre bio et équitable : Manduvira construit une usine
Lancée en 1975 par une quarantaine de petits producteurs de sucre, la coopérative Manduvira, au Paraguay, compte aujourd'hui quelque mille membres et est en train de construire une usine qui va lui permettre de tripler sa production avec une capacité pouvant atteindre 3000 tonnes de sucre de canne par jour. Du sucre 100 % bio vendu par les réseaux du commerce équitable. 
 
L'usine coûte quelque 15 millions de dollars (un peu plus de 11 millions d'euros) dont les deux-tiers sont financés par des organisations comme Oikocredit, organisme de micro-crédit, qui a conçu le montage. La coopérative apporte elle-même les 5 millions de dollars restants. Cette usine, qui sera la première raffinerie de sucre "bio et équitable", doit ouvrir à l'été 2013. Une soixantaine de salariés vont y être embauchés.

Voir l'article de la revue Réforme  ou écouter cet entretien sur Radio Ethic
 









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires