Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

18/12/2012

Hors-Série : « Nos voitures carburent-elles à la faim ? »




Cliquer sur la photo pour ouvrir le PDF
Cliquer sur la photo pour ouvrir le PDF
Voilà un dossier essentiel sur l'un des grands scandales de l'époque. Disponible en PDF, le hors-série « Nos voitures carburent-elles à la faim ? » réalisé par le magazine Alternatives Economiques et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI ), présente tous les aspects de ce paradoxe : « Comment peut-on à la fois craindre de manquer de nourriture et détourner de la sorte la terre de sa fonction nourricière ? », comme le dit Jean-Louis Vielajus, le Délégué général du CFSI dans l'éditorial.

Alors que la population grimpe vers les 9 milliards à l'horizon 2050, un quart de la nourriture est jetée à la poubelle, une part croissante des céréales part dans l'alimentation des animaux et en plus, « les paysans doivent désormais aussi alimenter la pompe à essence », pour reprendre une autre expression de Jean Vielajus. Quand les gouvernants des grandes nationaux vont-ils domestiquer les firmes qui bafouent le simple droit des peuples à s'alimenter ? 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono