Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

02/10/2014

Peuples Solidaires : appel à soutenir les ouvrières du Cambodge




Peuples Solidaires : appel à soutenir les ouvrières du Cambodge
À l'appel de Peuples Solidaires, plus de 20 000 internautes ont déjà signé l’Appel Urgent lancé il y a quelques semaines pour soutenir les ouvrières cambodgiennes du textile en lutte pour de meilleurs salaires. « Rémunérées moins de 80 euros par mois, il leur est extrêmement difficile de couvrir leurs besoins vitaux et ceux de leur famille », souligne Peuples Solidaires. 
 
« Aujourd’hui, des centaines de milliers de travailleuses et de travailleurs se mobilisent pour obtenir une augmentation du salaire mensuel minimum », ajoute l'ONG, qui appelle à renforcer la pression pour que les autorités cambodgiennes réévaluent à 137 euros ce salaire minimum et que la multinationale H&M, l’un des principaux acheteurs de la filière textile au Cambodge, applique la hausse et donne l’exemple à d’autres enseignes comme Zara ou C&A.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono