Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

Les « Recettes solidaires » des grands Chefs Bocuse d’Or


11/11/2014



Les « Recettes solidaires » des grands Chefs Bocuse d’Or
Pour encourager le microcrédit solidaire, les plus grands Chefs du monde ont publié un livre de « Recettes solidaires » en partenariat avec Babyloan : les Bocuse d’Or Winners, association de tous les Chefs montés sur le podium du prestigieux concours international depuis sa création en 1987, y témoignent de leur soutien au microcrédit solidaire et à Babyloan.

Créé en 2008, Babyloan est aujourd’hui le 1er site européen de prêt solidaire. Dans le paysage de la finance participative, Babyloan se démarque par la nature de ses bénéficiaires - de petits entrepreneurs exclus du système bancaire - et par son engagement dans la lutte contre la pauvreté.

En effet, il permet aux internautes de prêter à des micro-entrepreneurs de leur choix dans une quinzaine de pays et, ainsi, de les aider à développer leur propre activité de subsistance et à sortir progressivement de la pauvreté.

Le livre est sorti le 1er novembre et est préfacé par Muhammad Yunus. Economiste et entrepreneur bangladais,  surnommé le « banquier des pauvres », Muhammad Yunus est connu pour avoir fondé la première institution de microcrédit, la Grameen Bank, ce qui lui valut le prix Nobel de la Paix en 2006. 

Ce livre mêle les univers de la gastronomie et de la solidarité et, ainsi, chaque recette devient une belle histoire. Il est disponible en librairie depuis quelques jours au prix de 25 €. Chaque vente fera l’objet d’un reversement de 3 euros à Babyloan sous forme de prêts solidaires.






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono