Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

11/11/2014

Les « Recettes solidaires » des grands Chefs Bocuse d’Or



Les « Recettes solidaires » des grands Chefs Bocuse d’Or
Pour encourager le microcrédit solidaire, les plus grands Chefs du monde ont publié un livre de « Recettes solidaires » en partenariat avec Babyloan : les Bocuse d’Or Winners, association de tous les Chefs montés sur le podium du prestigieux concours international depuis sa création en 1987, y témoignent de leur soutien au microcrédit solidaire et à Babyloan.

Créé en 2008, Babyloan est aujourd’hui le 1er site européen de prêt solidaire. Dans le paysage de la finance participative, Babyloan se démarque par la nature de ses bénéficiaires - de petits entrepreneurs exclus du système bancaire - et par son engagement dans la lutte contre la pauvreté.

En effet, il permet aux internautes de prêter à des micro-entrepreneurs de leur choix dans une quinzaine de pays et, ainsi, de les aider à développer leur propre activité de subsistance et à sortir progressivement de la pauvreté.

Le livre est sorti le 1er novembre et est préfacé par Muhammad Yunus. Economiste et entrepreneur bangladais,  surnommé le « banquier des pauvres », Muhammad Yunus est connu pour avoir fondé la première institution de microcrédit, la Grameen Bank, ce qui lui valut le prix Nobel de la Paix en 2006. 

Ce livre mêle les univers de la gastronomie et de la solidarité et, ainsi, chaque recette devient une belle histoire. Il est disponible en librairie depuis quelques jours au prix de 25 €. Chaque vente fera l’objet d’un reversement de 3 euros à Babyloan sous forme de prêts solidaires.









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires