Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

Agrocarburants industriels : pétition de Peuples Solidaires


16/08/2012



Agrocarburants industriels : pétition de Peuples Solidaires
Le développement des agrocarburants industriels est l'une des principales causes de la crise alimentaire qui s'aggrave d'année en année. « Si tous les objectifs de production d’agrocarburants pris au niveau international sont atteints, environ 600 millions de personnes supplémentaires vont souffrir de la faim », souligne Peuples Solidaires.

Autre prévision de l'ONG : l'objectif de l'Union Européenne d'atteindre 10% d'agrocarburants dans les transports impose la mise en culture de « 17.5 millions d’hectares, soit plus de la moitié de la taille de l’Italie ».

Dans le cadre de sa campagne FaimZÉRO organisée avec ActionAid, Peuples Solidaire lance une pétition  auprès des responsables français et européens contre les politiques de soutien à la production et à la consommation d'agrocarburants industriels. 





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Novembre 2014 - 10:08 Toute la semaine : la Solidarité internationale



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono