Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

25/02/2011

Pour la jeunesse Tunisienne une seule priorité, organiser des élections démocratiques



Pour la jeunesse Tunisienne une seule priorité, organiser des élections démocratiques
Slim Amanou est l'emblème des jeunes Tunisiens qui ont utilisé internet comme "support à la révolution" comme il le précise lui même dans l'interview qu'il a donné à Respect Mag. "Sans médias, ni relais, point de révolution" précise-t-il. Mais, ramenant ainsi le média à sa juest place, il ajoute immédiatement : "Même avec la mobilisation de tous les réseaux et modes d’expression sur le web, la révolution a tardé et a eu beaucoup de mal à se faire. Ce que tout le monde oublie aujourd’hui, c’est que nous avions essayé à plusieurs occasions, notamment lors des soulèvements dans le bassin minier de Gafsa en 2008."

Au plan politique la génération Twitter se veut pragmatique et centrée sur l'essentiel. Quand on lui reproche d'être entré dans un gouvernement de transition où siègent d'anciens ministres de Ben Ali il se justifie : "Pour mener à bien la transition, il faut avoir des hommes qui maitrisent la gouvernance et les arcanes de l’Etat". Il est sans grande illusion sur son rôle actuel de secrétaire d'état à la jeunesse et aux sports : " C’est uniquement pour gérer les affaires courantes. Eventuellement, si je peux améliorer les maisons des jeunes en très mauvais état, je le ferais." Mais là n'est pas l'essentiel. "Je suis bien plus utile et efficace à l’intérieur du pouvoir qu’en dehors. Je rends compte aux Tunisiens de ce qui s’y passe." Même si, à la demande du premier ministre, il a renoncé à "twitter" en directe des réunions du gouvernement. 

"De toute façon, il fallait que ceux qui ont fait la révolution y soient. J’ai assumé mon rôle jusqu’au bout." et de conclure : " L’objectif reste d'organiser des élections le plus rapidement possible. Tout le gouvernement s’y attèle. C’est son seul objectif."

Sur le site de Respect mag lisez l'intégralité de cet interview de Ousmane Ndiaye qui donne un intéressant éclairage sur ces jeunes des classes moyennes Tunisienne qui ont été fer de lance de la révolution de Jasmin.


Tags : Afrique, Tunisie



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires