Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

05/07/2012

"Homs au coeur de la révolte syrienne", (webdocumentaire)




"Homs au coeur de la révolte syrienne", (webdocumentaire)
Caroline Poiron est photographe et travaille pour Le Monde, Paris Mtach, VSD et bien d'autres. Elle suit l'actualité de près : elle a ainsi réalisé un travail sur la lutte du peuple kalmouk contre la disparition de leur identité, la violence envers les femmes en Turquie, la fragilité du Liban partagée entre différentes communautés.

Aujourd'hui, elle nous emmène à HOMS où elle a pénétré en décembre 2011 et où, le 11 janvier 2012, elle a perdu son mari Gilles Jacquier, grand reporter d'Envoyé spécial

C'est comme un carnet de route où on suit le parcours de Caroline Poiron dans le quartier de Baba Amr aux mains des rebelles, dans les zones contrôlées par le régime de Bachar al-Assad mais aussi là où tentent de survivre la population. La parole est donnée au lieutenant Tlass, premier déserteur de l'armée de Bachar. Il coordonne aujourd'hui les 600 déserteurs. On y voit les hôpitaux de fortune, les combats, les manifestations, les arrestations et les snipers qui rythment la vie des habitants de Homs de jour comme de nuit. 

Le webdocumentaire est visible sur le site de Geopolis







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono












Partenaires