Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

21/08/2014

Human Rights Watch dénonce le massacre oublié du Caire




© 2013 AFP / Getty Images
© 2013 AFP / Getty Images
On a le droit de ne pas aimer les régimes islamistes. Mais comment les pays occidentaux, qui se veulent les chantres de  la démocratie, ont-ils pu tacitement fermer les yeux sur le massacre perpétré au Caire, il y a tout juste un an, par les forces de sécurité égyptiennes ? Plus d'un millier de morts, pour la majorité d'entre eux, tués en un seul lieu, en un peu plus de 24 heures ? "L'un des plus importants massacres de manifestants de l'histoire récente", selon Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch (HRW).

L'objectif de ce massacre était simple : venir à bout des manifestants qui protestaient contre la destitution du président Mohamed Morsi, membre des Frères Musulmans, élu un an plus tôt, et rétablir l'armée aux commandes, comme elle l'était sans discontinuer depuis 1952 sous des simulacres d'élections.
Un an plus tard, tout va bien : l'armée est de retour au pouvoir. La répression tous azimuts continue. Après les islamistes, c'est au tour de la société civile et des ONG d'être mises au pas.

Formé en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le maréchal Abdelfattah al Sissi, qui a supervisé cette répression aveugle, devenu le nouveau chef de l'Etat égyptien par la magie des urnes "bien comprises", sera accueilli comme si de rien n'était dans toutes les capitales occidentales... Il est bien loin le printemps égyptien !

Lire le rapport de Human Rights Watch.

Clarisse Lucas





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono