21/08/2014

Human Rights Watch dénonce le massacre oublié du Caire



© 2013 AFP / Getty Images
© 2013 AFP / Getty Images
On a le droit de ne pas aimer les régimes islamistes. Mais comment les pays occidentaux, qui se veulent les chantres de  la démocratie, ont-ils pu tacitement fermer les yeux sur le massacre perpétré au Caire, il y a tout juste un an, par les forces de sécurité égyptiennes ? Plus d'un millier de morts, pour la majorité d'entre eux, tués en un seul lieu, en un peu plus de 24 heures ? "L'un des plus importants massacres de manifestants de l'histoire récente", selon Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch (HRW).

L'objectif de ce massacre était simple : venir à bout des manifestants qui protestaient contre la destitution du président Mohamed Morsi, membre des Frères Musulmans, élu un an plus tôt, et rétablir l'armée aux commandes, comme elle l'était sans discontinuer depuis 1952 sous des simulacres d'élections.
Un an plus tard, tout va bien : l'armée est de retour au pouvoir. La répression tous azimuts continue. Après les islamistes, c'est au tour de la société civile et des ONG d'être mises au pas.

Formé en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le maréchal Abdelfattah al Sissi, qui a supervisé cette répression aveugle, devenu le nouveau chef de l'Etat égyptien par la magie des urnes "bien comprises", sera accueilli comme si de rien n'était dans toutes les capitales occidentales... Il est bien loin le printemps égyptien !

Lire le rapport de Human Rights Watch.

Clarisse Lucas








Le billet de la semaine

Palestine


Notre "guerre" contre le virus et notre couvre-feu apparaissent ô combien ridicules aujourd’hui devant le deuil, la colère et la peur qui envahissent de nouveau la Palestine. A Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem mais aussi cette fois dans les villes israéliennes. De guerre lasse comme l’on dit, l’opinion mondiale avait fini par se détourner du drame des Palestiniens. Les démocraties européennes fermaient les yeux sur une colonisation toujours plus agressive, un apartheid sans complexe, la dérive dans les deux camps de pouvoirs corrompus, l’enracinement d’une extrême droite israélienne jeune et provocatrice. L’Europe ne devrait pourtant jamais oublier que la confrontation qui continue sans fin d’ensanglanter la Palestine est née surtout de son propre passé antisémite et colonial.

Michel Rouger
20210513_palestine.mp3 20210513 Palestine.mp3  (936.86 Ko)


12/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires