30/05/2012

Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad



Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad
Alaouite comme Bachar El Assad, l'écrivaine Samar Yazbek aurait pu faire partie de l'élite du régime.  Elle aurait pu se taire. En avril 2011, alors qu'aucune information ne sort du pays, elle publie dans la presse arabe deux témoignages sur la situation de la Syrie. Les menaces de mort se multiplient contre l’opposante devenue « un crime d’honneur en sursis dans sa famille, un crime de traîtrise dans sa société, dans sa communauté… ».


Elle est née en 1970 à Jableh, en Syrie. Romancière, critique et scénariste, elle est l’auteure de plusieurs romans et recueils de nouvelles encore inédits en français parmi lesquels Moufradat imraa(Les mots d’une femme, 2000),Silsal (Argile, 2005), Raihat Al-Qirfah (L’odeur de la cannelle, 2008) et Laha Maraya (Dans ses miroirs, 2010).

Lors de la parution en 2005 de son roman Glaive qui révèle les mécanismes du régime et de la communauté alaouite, Samar Yazbek est la cible d’intimidations. Salué par la critique dans de nombreux pays arabes, le roman lui coûte son travail. Connue pour son implication dans le combats des droits humains, elle persiste et décide, malgré  les risques, de rester à Damas. 

Elle connaît alors la détention et la torture pour l'aider "à améliorer son écriture" comme disent ses bourreaux. Le danger est trop grand. Depuis mi-juillet, Samar Yazbek vit à Paris et participe à un film qui portera sur la révolution en Syrie.



A lire

- Feux croisés, paru aux Editions Buchet et Chastel et traduit de l'arabe par Rania Samara. 
Dans ce livre, Samar Yazbek rédige, jour après jour, son journal des premiers mois de la révolution. Elle arpente les rues des villes rebelles et recueille les témoignages des syriens victimes de la dictature.

- Les deux articles de Samar Yazbek parus dans Courrier International ( 5 mai et  12 août 2011)

Avril sanglant à Damas

L
 es femmes participent activement à la résistance

Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad








Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires