Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

30/05/2012

Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad




Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad
Alaouite comme Bachar El Assad, l'écrivaine Samar Yazbek aurait pu faire partie de l'élite du régime.  Elle aurait pu se taire. En avril 2011, alors qu'aucune information ne sort du pays, elle publie dans la presse arabe deux témoignages sur la situation de la Syrie. Les menaces de mort se multiplient contre l’opposante devenue « un crime d’honneur en sursis dans sa famille, un crime de traîtrise dans sa société, dans sa communauté… ».


Elle est née en 1970 à Jableh, en Syrie. Romancière, critique et scénariste, elle est l’auteure de plusieurs romans et recueils de nouvelles encore inédits en français parmi lesquels Moufradat imraa(Les mots d’une femme, 2000),Silsal (Argile, 2005), Raihat Al-Qirfah (L’odeur de la cannelle, 2008) et Laha Maraya (Dans ses miroirs, 2010).

Lors de la parution en 2005 de son roman Glaive qui révèle les mécanismes du régime et de la communauté alaouite, Samar Yazbek est la cible d’intimidations. Salué par la critique dans de nombreux pays arabes, le roman lui coûte son travail. Connue pour son implication dans le combats des droits humains, elle persiste et décide, malgré  les risques, de rester à Damas. 

Elle connaît alors la détention et la torture pour l'aider "à améliorer son écriture" comme disent ses bourreaux. Le danger est trop grand. Depuis mi-juillet, Samar Yazbek vit à Paris et participe à un film qui portera sur la révolution en Syrie.



A lire

- Feux croisés, paru aux Editions Buchet et Chastel et traduit de l'arabe par Rania Samara. 
Dans ce livre, Samar Yazbek rédige, jour après jour, son journal des premiers mois de la révolution. Elle arpente les rues des villes rebelles et recueille les témoignages des syriens victimes de la dictature.

- Les deux articles de Samar Yazbek parus dans Courrier International ( 5 mai et  12 août 2011)

Avril sanglant à Damas

L
 es femmes participent activement à la résistance

Samar Yazbek, l'écrivaine alaouite contre Bachar El Assad





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires