Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

06/07/2011

Il était une fois quatre anciens d'Algérie




La création de 4acg en 2004 (Rémi Serres est 2e à g.)
La création de 4acg en 2004 (Rémi Serres est 2e à g.)
En janvier 2004, quatre anciens appelés ayant fait la guerre d'Algérie, Rémi Serres, Michel Delsaux, Armand Vernhettes et Georges Treilhou décidaient de « donner un sens à ce qui n’en avait pas » :
  
« Nous sommes quatre anciens appelés qui avons fait la guerre d’Algérie. À cette époque-là, nous, les gars du contingent, nous ne disions rien et n’avons pas eu le courage de hurler notre désaccord au monde.

Aujourd’hui, bien que percevant de modestes retraites, nous avons décidé de refuser la retraite du combattant et d’en reverser le montant à des populations souffrant de la guerre ou à des organismes œuvrant pour la paix.

Ce que nous avons vu et vécu en Algérie, l’inutilité de ce conflit, la conscience de “l’horreur de la guerre”, le désir de transmettre cette mémoire aux jeunes générations, nous poussent dans cette démarche. »

De l'Algérie à l'Afghanistan

Ces phrases fortes ont servi de fondements à la création de l’Association des anciens appelés en Algérie contre la guerre la « 4acg   ». « Quand on veut faire avancer l’histoire, il faut compter sur nous-mêmes et pas sur les gouvernements », a dit Rémi Serres lors du lancement. « On sait qu’on avance à contre-courant. C’est une démarche qui dérange. On a même reçu des lettres d’insultes, mais cela ne fait rien. Les chiens aboient et la caravane passe », a ajouté Georges Treilhou. 

Les quelques 500 euros de leur solde annuelle, les adhérents de l’association, de tous grades et armes confondus et de toutes les régions de France, les regroupent et soutiennent ainsi des projets de développement en Tchétchénie, en Algérie et en Palestine. Ils ont en commun au-delà de leurs divergences politiques, « d’avoir pris conscience du rôle néfaste de cette guerre d’Algérie, tant vis-à-vis des populations autochtones que vis-à-vis des jeunes soldats qu’ils étaient ». Pour cela, ils veulent aussi être des témoins : ils rencontrent les élèves des lycées et participent à des initiatives sur la paix, prenant position par exemple sur la guerre en Afghanistan.  
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires