Vu, lu, entendu... Maghreb

09/08/2012

Huile d'Argan : c'était un beau projet...




Huile d'Argan : c'était un beau projet...
Construite pour améliorer la situation des femmes rurales marocaines et le développement durable d'une production locale protégée en la valorisant sur les marchés européens, la filière Argan fait vivre aujourd'hui deux millions de personnes. L’Union européenne y a injecté 6 millions d’euros entre 2003 et 2010, aux côtés de la coopération allemande et de l’ONG Oxfam.

Mais le système, basé sur les coopératives de femmes, a peu à peu dérivé. Sur 150 coopératives, aujourd’hui, une trentaine seulement a réellement un fonctionnement coopératif ;  les firmes de cosmétiques se sont mises à exploiter le filon... Le gouvernement marocain tente, lui, de reprendre la main. Un article documenté de Magali Reinert à lire sur Novethic





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires