Vu, lu, entendu... Maghreb

13/07/2012

Algérie : trois webdocumentaires




Il y a d'abord eu, présenté ici, le webdocumentaire de Céline Dréan Dans les murs de la Casbah  qui nous fait pénétrer dans la mythique casbah d'Alger où jeunes et vieux, hommes, femmes, adolescents, parlent d'hier et d'aujourd'hui. 

"Un été à Alger"
"Un été à Alger"
Puis est sorti « Un été à Alger »  qui propose aussi, à l'occasion des 50 ans de l'indépendance algérienne, un portrait intimiste de l'Alger d'aujourd'hui à travers les regards de quatre jeunes cinéastes algériens. 

Dans 50 contre 1, Lamine Ammar-Khodja, observe depuis ses 29 ans ces cinquante dernières années. Dans En remontant Cervantes, Hassen Ferhani déambule depuis le Jardin d'Essai où de jeunes couples se rêvent un avenir jusqu'à la grotte Cervantès qui a donné son nom à un quartier populaire étonnant de vie.

Dans Prends ta place !, Amina Zoubir impose sa féminité et sa caméra dans des lieux habituellement réservés aux hommes. Enfin, dans La nuit, Yanis Koussim traverse au fil des heures les sentiments qui agitent la nuit algéroise. 

Et puis, il y a Le Mur d'Aurélie Charon et Caroline Gillet, les deux journalistes qui ont imaginé tout cela après avoir découvert Alger à l'été 2011 pour une série sur France Inter. « L'Alger que nous avions trouvée ne ressemblait à rien de ce qu’on nous avait décrit : ce n’est ni Alger la blanche, ni Alger la rouge des années noires, elle a un nouveau visage et manque d’images. Il faut qu’elles soient faites par ceux qui la vivent », disent-elles. Sur Le Mur, elles conversent avec celles et ceux qu'elles ont rencontrés pour nous faire partager leur Alger.

Co-produit par Narrative et Une Chambre à Soi Productions avec le soutien du CNC, le webdocumentaire, en évolution tout au long du mois de juillet, est diffusé sur les sites de TV5MONDE et Algérie-Focus, en partenariat avec Libération et l’Institut des Cultures d’Islam. Un documentaire de 52’ sera aussi diffusé sur TV5MONDE à l’automne 2012. 

Un autre webdocumentaire sort aussi à l'occasion des 50 ans de l'indépendance algérienne. Réalisé par Le Monde.fr   en coproduction avec l'INA et le quotidien El Watam, Indépendances algériennes raconte la fin de l'Algérie française et la naissance du nouvel Etat algérien au travers des portraits de neufs témoins de l'époque.
"Indépendances algériennes"
"Indépendances algériennes"





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires