Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

12/12/2014

​Pétition de soutien au journaliste saoudien Raef Badawi




​Pétition de soutien au journaliste saoudien Raef Badawi
Reporters sans frontières a lancé une pétition appelant le roi d’Arabie saoudite à accorder sa grâce au cyberactiviste saoudien Raef Badawi condamné, le 1er septembre 2014 à dix ans de prison, une amende d’un million de rials saoudiens, une interdiction de quitter le territoire pendant dix ans après sa libération, et à subir un châtiment barbare  : 1 000 coups de fouet en public (50 coups lors de 20 sessions hebdomadaires). Aucune échéance n’a pour l’heure été officiellement fixée. Cofondateur du site Liberal Saudi Network - un réseau de discussions en ligne -, Raef Badawi, 30 ans, est détenu depuis juin 2012 à la prison de Briman à Jeddah pour avoir critiqué la police religieuse.





1.Posté par Philippe tempé le 15/12/2014 21:40
Ce n'est pas d'une grace dont Raef a besoin, mais de la liberté d'expression pour tous les saoudiens.

2.Posté par LE PRIOL le 31/12/2014 19:03
Bonsoir,

A la veille de la nouvelle année je ne peux me distraire sans pensez-vous et aux milliers
d'innocents qui sont victimes pour leurs idées de tolérance, de liberté.
J'espère que vous serez libéré au plus vite, que votre action ne sera pas vaine et qu'enfin
se réveille un monde meilleur tourné vers le respect de chaque être humain.
Meilleur voeux 2015.

Mer LE PRIOL

3.Posté par hugo bartoli le 11/01/2015 23:10
Il est scandaleux qu'un prince saoudien soit venu à Paris pour soutenir la liberté d'expression assassinée par des islamistes en France ce dimanche 11 janvier pendant que dans son pays on assassine de manière abominable la liberté d'expression ! Pourquoi Hollande n'en a pas parlé ? Pourquoi a-t-il accepté d'inviter un représentant de ce pays de criminels ? Quelle ironie honteuse !

4.Posté par Charles Reesink le 14/01/2015 04:21
par pitié, épargnez cet homme. Pour l'humanisme de l'Islam, épargnez cet homme.

5.Posté par LAMBART le 17/01/2015 18:00
Je suis croyant, je crois en l'Homme et cette affaire est une atteinte à ma foi une provocation éhonté !
Quelle hypocrisie , je fais fouetter un journaliste le vendredi , je vais défilé samedi pour défendre la liberté d'expression, cherchez l'erreur !
J'aimerai que l'on m'explique comment l'on peut procéder à des abominations de cette sorte au nom d'un Dieu quel qu'il soit.
Une chose est sûr nous avons une chance de vivre dans un pays ou la liberté, la liberté d'expression sont respectés et vive la Laïcité.



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires