Vu, lu, entendu...

11 octobre, première journée internationale des filles


02/10/2012



11 octobre, première journée internationale des filles
L'ONU a reconnu le 11 octobre comme la journée internationale des Filles suite aux nombreuses campagnes "Parce que je suis une fille"  menées par  Plan International, depuis 2007.  Le thème de cette première porte sur les inégalités rencontrées par les filles et les solutions innovantes pour faire la différence.

Les objectifs 2012/2016 de l'association sont ambitieux : Que 4 millions de filles aient acquis des compétences pour la vie et ont développé leur potentiel grâce à un cycle d’éducation gratuit et de qualité.
Que 40 millions de filles et de garçons vivent dans des familles et des communautés qui reconnaissent l’égalité des genres et investissent dans le potentiel des filles, autant que des garçons.
Que 400 millions de filles et de garçons bénéficient de services sociaux, de programmes publics et de lois favorables à l’égalité des genres.
Que 500 millions d’euros soient recueillis pour des programmes en faveur des filles.

Pour célébrer cette journée, une fresque de 10 mètres de long sera installée sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris. Elle représentera des jeunes filles contraintes de travailler plutôt que d'aller à l'école. Des personnalités seront appelées à venir gommer symboliquement les filles représentées. Elles sont 75 millions à être privées d'éducation dans le monde selon l'UNESCO ( chiffres de 2010) et leur nombre est en constante augmentation.  









Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono