Vu, lu, entendu...

02/10/2012

11 octobre, première journée internationale des filles



11 octobre, première journée internationale des filles
L'ONU a reconnu le 11 octobre comme la journée internationale des Filles suite aux nombreuses campagnes "Parce que je suis une fille"  menées par  Plan International, depuis 2007.  Le thème de cette première porte sur les inégalités rencontrées par les filles et les solutions innovantes pour faire la différence.

Les objectifs 2012/2016 de l'association sont ambitieux : Que 4 millions de filles aient acquis des compétences pour la vie et ont développé leur potentiel grâce à un cycle d’éducation gratuit et de qualité.
Que 40 millions de filles et de garçons vivent dans des familles et des communautés qui reconnaissent l’égalité des genres et investissent dans le potentiel des filles, autant que des garçons.
Que 400 millions de filles et de garçons bénéficient de services sociaux, de programmes publics et de lois favorables à l’égalité des genres.
Que 500 millions d’euros soient recueillis pour des programmes en faveur des filles.

Pour célébrer cette journée, une fresque de 10 mètres de long sera installée sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris. Elle représentera des jeunes filles contraintes de travailler plutôt que d'aller à l'école. Des personnalités seront appelées à venir gommer symboliquement les filles représentées. Elles sont 75 millions à être privées d'éducation dans le monde selon l'UNESCO ( chiffres de 2010) et leur nombre est en constante augmentation.  











Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires