Vu, lu, entendu...

Meirieu, un pédagogue aux côtés des élèves abîmés


26/03/2012



Meirieu, un pédagogue aux côtés des élèves abîmés
Philippe Meirieu est de longue date un miltant de l'éducation populaire. Instituteur de classe unique, en début de carrière, il découvre « des élèves abîmés, qui s'abîmaient entre eux, qui abîmaient l'école et qui abîmaient parfois les gens autour d'eux » et aussi « beaucoup d'adultes qui avaient baissé les bras et qui considéraient que la seule chose qui restait à faire était de les garder en essayant qu'ils fassent le moins de dégâts possible.  »

Il découvre alors « Lettre à une maîtresse d'école » livre écrit par des enfants recueillis par un curé des Abruzzes. La lettre s'adresse à cette maîtresse qui les a exclus de l'école.  « Si j’étais l’Etat, je vous payerai un forfait. Tant pour chaque enfant qui réussit, ou plus exactement un prélèvement sur votre salaire pour tout enfant qui ne réussit pas à passer en classe supérieure. (...) Il faudrait voir comment vous vous relèveriez la nuit pour chercher le moyen de les faire passer. Actuellement, plutôt que de faire ça, vous dites qu’ils ne sont pas doués. Ca vous permet de ne pas avoir à vous creuser les méninges pour trouver un moyen de les faire réussir.  »

Ce texte lui fait comprendre que l'éducateur doit faire le pari de l'éducabilité. « Tout le monde peut apprendre et grandir et en même temps nul ne peut apprendre ou grandir à la place de quelqu'un parce que les êtres humains et les petits d'homme sont des sujets en constitution. (...) On ne les fabrique pas, on les accompagne dans l'émergence de leur individualité, de leur personne, de leur liberté. »


Philippe Meirieu a dirigé CAP CANAL seule chaîne de télévision en Europe consacrée à l'éducation.  Initiée par la ville de Lyon, elle diffuse sur la région Rhônes-Alpes et par internet.

Cliquez sur Cap infos Les décrocheurs : Philippe Meirieu y accueille Gilbert Longhi, proviseur et auteur de « Décrocheurs d'école »,  Christine Maurel, parent de décrocheur, Naïma Benjamin, professeur, Ugo, ancien décrocheur et Pierre Souchaud, critique d'art. 

Pour en savoir plus 

Lettre à une maîtresse d'école, article sur Don Lorenzo Milani et les enfants de Barbiana sur le site d'ATD Quart Monde





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2015 - 12:04 Une « arme d'instruction massive » en Argentine

Mercredi 16 Septembre 2015 - 08:03 Pauvreté : DVD sur le croisement des savoirs



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono