Vu, lu, entendu...

01/12/2011

Enjeux d'enfants, l'association



Enjeux d'enfants, l'association

Basée dans l'ancienne maison de Ti-Tomm, près de l'ancienne prison, l'association « Enjeux d'Enfants  » aide à préserver le lien entre les personnes incarcérées et leurs enfants. Leur réflexion et leurs actions s’inscrivent dans les dispositions de la Convention des Droits de l’Enfant: « Tout enfant a le droit d’entretenir des relations personnelles et des contacts directs avec le parent dont il vit séparé » (article 9). Le témoignage de Fanny, 9 ans, résume ainsi l'action d'Enjeux d'Enfants : « Je ne comprends pas pourquoi on sépare les enfants et les parents. Pourquoi on ne peut pas vivre ensemble un peu de temps dans la prison, juste quelques jours. On n'a rien fait de mal, nous ! ». Par son soutien extérieur, ses formations et les rencontres parents-enfants, Daniel Hamon explique que "l'association Enjeux d'Enfants" est complémentaire de l'action de Ti Tomm".
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires