Vu, lu, entendu...

01/12/2011

Enjeux d'enfants, l'association




Enjeux d'enfants, l'association

Basée dans l'ancienne maison de Ti-Tomm, près de l'ancienne prison, l'association « Enjeux d'Enfants  » aide à préserver le lien entre les personnes incarcérées et leurs enfants. Leur réflexion et leurs actions s’inscrivent dans les dispositions de la Convention des Droits de l’Enfant: « Tout enfant a le droit d’entretenir des relations personnelles et des contacts directs avec le parent dont il vit séparé » (article 9). Le témoignage de Fanny, 9 ans, résume ainsi l'action d'Enjeux d'Enfants : « Je ne comprends pas pourquoi on sépare les enfants et les parents. Pourquoi on ne peut pas vivre ensemble un peu de temps dans la prison, juste quelques jours. On n'a rien fait de mal, nous ! ». Par son soutien extérieur, ses formations et les rencontres parents-enfants, Daniel Hamon explique que "l'association Enjeux d'Enfants" est complémentaire de l'action de Ti Tomm".
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono