Vu, lu, entendu...

19/03/2012

Janusz Korczak : Laissez les enfants grandir



La petite école de Langouët porte le nom de Janusz Korczak, l'homme qui le premier a reconnu aux enfants des droits. Lui qui a lancé en 1937 cette phrase défi  aux générations futures : « Il est inadmissible de laisser le monde dans l'état où on l'a trouvé.  »

Que dirait Janusz Korczak après avoir visionné cette vidéo ? Lui qui dès les années 1900 a défendu la cause des enfants des rues à qui il a consacré son premier livre. Il était convaincu que l'humanité ne pourrait sortir du cycle tragique des répétitions - dont celle de la guerre - que par l'éducation, la culture, la paix et la démocratie.

Korczak est le premier à poser le principe de la reconnaissance constitutionnelle des droits de l'enfant. Il en a fait à la fois le garant de leur sécurité en les mettant à l'abri d'une loi commune et un puissant outil pédagogique favorisant l'intégration et l'émancipation de l'enfant.

Il le pratiquera en créant deux orphelinats qui fonctionneront pendant trente ans en " République des enfants " de 1912 à 1942. Leur organisation reposait en particulier sur l'institutionnalisation des droits dits « actifs » :  participation, expression, délégation etc. Ils sont inscrits dans la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.

A la grande méconnaissance qu'avaient les adultes du monde des enfants, il entreprit de les en instruire. 

" L'enfant ne devient pas un homme, il en est déjà un "
" L'enfant ne devient pas un homme, il en est déjà un "
Les Droits de l'Enfant de Janusz Korczak

Le droit à l’allaitement au sein maternel
Le droit à des conditions de vie correcte
Le respect de la différence
Le respect du handicap et aussi : Le droit à une mort digne
Le droit à l’amour pour tous les enfants
Le droit à l’équité 
Le droit à une véritable reconnaissance 
Le droit d'être pris au sérieux
Le droit de l’enfant à être ce qu'il est 
Le droit de l’enfant à vivre sa vie d'aujourd'hui.
Le droit à être bien entouré
Le droit à être encadré
Le droit de donner son opinion
Le droit de jouer 
Le droit de réclamer et d'exiger
Le droit à l’information 
Le droit à la propriété
Le droit à avoir un budget
Le droit à avoir des secrets
Le droit à la vie privée [CIDE art. 16]
Le droit à la Justice [CIDE art. 19, 20, 32 à 37, 40]
Le droit de s'égarer
Le droit de se tromper
Le droit de mentir
Le droit de pouvoir évoluer
Le droit des enfants délinquants à être aimés
Le droit au respect
Le droit à ses droits
 
 



 La République de Pologne a proclamé 2012 « ANNÉE JANUSZ KORCZAK » pour commémorer le 100e anniversaire de sa Maison des Orphelins et le 70e anniversaire de la mort du grand éducateur. N'est-ce pas le bon moment pour rappeler le respect des droits énumérés plus haut pour tous les enfants ? Sinon à quoi aurait donc servi la vie de ce grand éducateur ?


Pour aller plus loin:

Vous pouvez signer le manifeste de l'UNICEF  pour faire pression sur les candidats afin qu'ils s'engagent

Le Réseau Education sans Frontières   ( Resf ) propose une journée de mobilisation le 31 mars 2012 « La loi doit changer, régularisation »





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires