Vu, lu, entendu...

16/02/2012

À Grenoble, la riposte citoyenne des habitants


Profondément blessés par la violence du discours présidentiel, les habitants de la Villeneuve se sont aussitôt serrés les coudes. Neuf mois de débats et d'animations ont suivi. Un Livre Blanc en témoigne.


Le 22 septembre 2010, à la fin de cet été traumatisant, un collectif de quatorze associations se réunit à l'initiative des Unions de quartiers. La salle est trop petite et les débats nourris. Voici quelques propos tirés du Livre Blanc qui rendra compte plus tard de la mobilisation entamée ce jour-là :

« C’était une grande réunion extrêmement intense, où chacun a pu, avec ses propres mots, entamer un chemin vers la compréhension des événementsTout le monde en convient, la détérioration du quartier, est liée à « la question sociale », au manque d’emplois et donc de perspectives. »

Le collectif identifie les secteurs sur lesquels les habitants peuvent peser : la sécurité, l'éducation, l’occupation du territoire, la rencontre avec les jeunes, le maintien des services publics et des petits commerces de proximité. Des groupes sont créés pour imaginer des propositions concrètes et réalistes : Educatif, Urgence Villeneuve, Dialogue avec les jeunes, Vivre ensemble tranquillement.

Vingt propositions et une Fête

Le 11 janvier, l'essentiel de leurs travaux est rassemblé dans un document appelé «SOS VILLENEUVE». Les propositions se diffusent. Le 9 avril, une opération baptisée : «Trois heures pour la Villeneuve» permet de les enrichir de la parole des habitants : des ateliers sont organisés dans divers lieux où l'on peut « collecter les amertumes et les espoirs ».

Tout cela, notamment une vingtaine de propositions pour améliorer la vie à La Villeneuve, est rassemblé dans le Livre Blanc présenté lors d'une grande Fête de printemps, le 4 juin. De quoi nourrir le futur discours d'un Président proche du peuple de la Villeneuve...





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires