Vu, lu, entendu...

30/04/2014

Journalisme citoyen au cœur des quartiers.


L'association 02zone développe depuis quelques année autour de Marseille un projet d'éducation populaire fondé sur la promotion d'un "journalisme citoyen". Dans la série "Vie à Vie" des professionnels et bénévoles d'un centre social de Salon de Provence, croquent des portraits de citoyennes ordinaires.


Regards croisés de femmes.

Bel exemple de ce journalisme citoyen ce portrait de femme réalisés dans le cadre du projet "regards croisés de femme dans un quartier urbain" et dont l'aboutissement a été un plateau télé participatif à l'occasion de la journée du 8 Mars.

Voir le site ICI  

Une Web TV participative, agrée par le CSA

Le concept O2Zone.TV de télévision participative est né en 2002, au Centre social Air Bel (situé dans un quartier ZUS  du 11ème arr. de Marseille) à l’initiative d’Antoine Dufour qui, à l’époque, en était le Directeur. Objectif : favoriser les échanges entre des personnes d’origines diverses et rencontrant de grandes difficultés sociales, rompre leur isolement et leur redonner espoir.

Cette démarche d'éducation populaire 2.0 vise :
- la formation des habitants à la réalisation de reportages sans postproduction,
- l’accompagnement dans la structuration des projets audiovisuels
- la diffusion des productions réalisées.

Le projet prenant de l'ampleur ne pouvait plus être porté dans le cadre du centre social qui l'a vu naître Une association loi 1901 à but non lucratif indépendante a été créée pour poursuivre et développer l’aventure O2zone.TV. Pluralisme de l’information, indépendance éditoriale, vocation locale des émissions, volonté d’atteindre tous les publics en leur offrant un espace d’expression sur les sujets qui les concernent fondent le projet.

Le 26 mai 2010 O2zone.TV a obtenu l’agrément par le CSA  (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) en tant que « Service d’Initiative Publique Locale ». 

O2ZONE.TV compte près de 800 productions en ligne à ce jour et est aujourd’hui la 1ère web TV en PACA intervenant sur le mode participatif. 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires