Vu, lu, entendu...

13/03/2013

Victoire des habitants du quartier contre l'afficheur




Victoire des habitants du quartier contre l'afficheur
Ils ont eu raison contre l'afficheur Clear Channel, les habitants de la rue Olivier Metra dans le XXème à Paris, constitués en Collectif en février dernier.  C'est René Dutrey, adjoint chargé de l'environnement, qui le leur a appris : le panneau ne sera pas installé.

Les locataires, révoltés face à l'arrachage de trois lauriers pour faire place au panneau de 8 m2, ont réussi à récolter près d'un millier de signatures. Après la victoire, c'est un autre olivier qui a pris la place.

Les artistes Catherine Nyeki et Marc Denjean, ont réalisé une installation sur le thème « Nos regards ne sont pas à vendre » : 30 paires d'yeux, multi-générationnels et multi-ethniques.

La mobilisation a été rapide,  relayée par les associations antipublicitaires (Paysages de France, Résistance à l'Agression Publicitaire, Le Publiphobe, Le Collectif des déboulonneurs) et les associations de quartier (Microlithe et Les Sources du Guinier). Devant le caractère non-violent de l'action, la police n'est pas intervenue. 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono