26/03/2015

Conseils Citoyens dans les quartiers



Conseils Citoyens dans les quartiers
La loi sur la ville et la cohésion urbaine de février 2014 rend obligatoire la création de conseils citoyens dans les quartiers prioritaires ainsi que la présence d’habitants dans les instances de pilotage de la politique de la ville. 

Les quartiers dits « sensibles »  sont peuplés d’une grande diversité de personnes, en termes de situations socio-professionnelles, d’expériences militantes ou  de personnalités. Ces éléments sont importants dans le défi d’une participation du plus grand nombre. Des méthodes sont proposées aujourd’hui, notamment inspirées du Community organizing anglo-saxon. C’est à partir d’une connaissance fine de chacune d’entre elles, de leurs atouts et de leurs difficultés, que les acteurs de la politique de la ville pourront accompagner des processus de participation adaptés au contexte territorial.
 
En France, le travail d’ATD Quart Monde est une des très rares sources de connaissances de ce milieu social quasi invisible qu’est la grande pauvreté. C’est majoritairement là que se trouvent les « sans voix », que la politique de la ville a trop souvent oubliés. 

C’est pourquoi RésO Villes, centre de ressources politique de la ville Bretagne/Pays de Loire propose, en lien étroit avec le réseau Participation du mouvement ATD Quart Monde, et avec le soutien du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, de former des acteurs de la politique de la ville, institutionnels et associatifs, à l’animation du « croisement des savoirs et des pratiques avec des personnes en situation de pauvreté «,  selon les références éthiques et méthodologiques développées par ATD Quart Monde

La formation, qui se déroulera à  REZÉ, est proposée en deux modules : les 5, 6, et 7 mai 2015, pour le premier et les 27 et 28 mai pour le second

Pour en savoir plus : 

Plaquette de présentation et informations pratiques

Programme détaillé de la formation








Le billet de la semaine

Dimanche soir


Ainsi, avançant l’été d’une journée, le gouvernement nous permet de fêter jusqu’au bout de la nuit le dimanche électoral. A quatre jours du scrutin, cette largesse ne peut que ravigoter les candidats Marcheurs qui ont dû mal à masquer leur gêne devant le mauvais coup porté à la Loi Molac et à diverses volontés populaires. Elle devrait permettre aussi aux présidents, secrétaires et assesseurs des bureaux de vote de célébrer autour d’un pot bien mérité un engagement citoyen qui fait bien défaut à chaque rendez-vous électoral. Car la démocratie, frappée par l'abstention, pourrait bien, elle, ne pas être à la fête dimanche soir. 

Michel Rouger
20210617_dimanche_soir.mp3 20210617 dimanche soir.mp3  (787.06 Ko)


17/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires