Citoyenneté / Libertés

10/06/2016

16 ans en 2016, premières manifs !


Elles/ils ont entre 16 et 17 ans, étudient dans les lycées de Saint Malo, en filières professionnelles ou générales et ont pris la tête de la contestation des jeunes à la Loi Travail. Premières manifs, premiers engagements d'une génération qui trouve ses références dans l'histoire, leur famille et Internet.




Lors des premières manifestations contre la Loi Travail à Saint-Malo, nous avions remarqué l'énergie dégagée lors de ses prises de paroles par un jeune militant, Cohen. Nous voulions en savoir plus sur lui et sur ce groupe de lycéens et apprentis qui l'entourait. La rencontre avec Jarod, Myriam, Cohen et Camille a eu lieu le 20 Avril dans les locaux de la CGT, sous le regard attendri et vigilant de Jean Jaurès. Avec 6 autres lycéens ils ont créé et animent l'"AG Jeunes de Saint Malo". 

La Loi Travail a été pour eux un déclencheur d'engagement. Au fil des manifestations dans les rues de la ronronnante "cité corsaire", ils ont réussi à entraîner derrière eux près de 1 000 lycéens, Leur irruption sur la scène sociale de la ville a donné un sacré coup de jeune aux troupes syndicales. Les permanents de la CGT, de FO et de la FSU ont volontiers laissé la parole à Cohen - adhérent aux jeunesses communistes depuis à peine un an et doué d'un incontestable charisme.
Cohen, Jarod, Camille et Myriam, de l'AG jeunes de Saint-Malo
Cohen, Jarod, Camille et Myriam, de l'AG jeunes de Saint-Malo

Dans cette vidéo Ils évoquent avec enthousiasme les étapes d'une mobilisation qui s'est amplifiée depuis le 9 Mars, jour de leur baptême du feu. Ils échangent sur le sens, les origines et les perspectives de leur engagement, à l'école aujourd'hui et demain dans une vie professionnelle encore lointaine.  

D'origines sociales un peu différentes, ils ont en commun l'héritage d'une culture familiale militante à gauche. Et leur formation politique, ils l'acquièrent... sur Internet.  

18 minutes rafraichissantes qui nous situent au delà des seuls enjeux et du calendrier de la Loi Travail. 

Interview et montage vidéo, Alain Jaunault




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires