Citoyenneté / Libertés

Le combat éclairant de José Mercier, le maire rebelle anti Linky


03/04/2018



2018_04_05_le_combat_eclairant_de_jose_mercier.mp3 2018 04 05 Le combat éclairant de José Mercier.mp3  (1.22 Mo)


A la tête  depuis maintenant 25 ans de la petite commune de Bovel, un peu plus de 600 habitants en Ille-et-Vilaine, José Mercier ira jusqu'au bout, dit-il, dans le combat contre les compteurs Linky qui l'a fait connaître dans la France entière. Dans ce nouveau film de Portraits Documentaires, la websérie partenaire d'Histoires Ordinaires réalisée par Clovis Gicquel, le professeur José Mercier, 63 ans, s'affirme en citoyen rebelle, défenseur des libertés et de la responsabilité individuelle. Son combat est celui d'un choix de société, contre la marchandisation de tout, y compris de la vie privée.





1.Posté par lonsace le 12/04/2018 13:23
Merci pour cette analyse sans complaisance, il faudrait que tous les maires soient aussi responsables, aussi impliqués dans le sens de la vie et de la démocratie. On sent dans cet homme toute l'implication qu'il met dans ce en quoi il croit. Un bel exemple qui devrait faire tache d'huile, tant nous avons besoin de redonner une justice, un sentiment d'appartenance à l'être humain.
Respect à ce maire.

2.Posté par Pantigny Sylviane le 17/04/2018 16:30
Très bel engagement d'un homme libre et qui ne se laisse pas emporter dans le troupeau. Ce qui demande un courage éclatant dans notre société bien pensante et enchaînée à l'ultralibéralisme où l'égoïsme,l'indifférence règnent. Merci José Mercier du bel exemple que vous nous donnez et de l'espoir que votre lutte fait renaître.

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono