Citoyenneté / Libertés

20/09/2017

Nono reçoit le Collier de l'Hermine... et raconte




Belle reconnaissance pour Nono, dont les lecteurs d'Histoires Ordinaires ont le privilège de découvrir chaque semaine l'humour souvent corrosif sur un fait d'actualité. L'Institut Culturel de Bretagne vient de lui remettre le Collier de l'Hermine qui « distingue des personnes ayant beaucoup œuvré pour la Bretagne, son identité et sa culture ». Une vision moderne de L'Ordre de l'Hermine  qui remonte au 14° siècle.

Tous les lecteurs bretons d'Histoires Ordinaires connaissent Nono. Eux-mêmes et sûrement tous les autres auront plaisir à (re) découvrir, dans la vidéo ci-dessous de l'Institut Culturel de Bretagne, la démarche qui fonde les milliers de dessins qui ont accompagné la vie souvent turbulente de la Bretagne depuis les grands mouvements sociaux et politiques des années 70. Une démarche où l'humour se nourrit, derrière les apparences, de la réflexion distanciée du professeur de philosophie que Joël Auvain est aussi.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono