Citoyenneté / Libertés

Nono reçoit le Collier de l'Hermine... et raconte


20/09/2017



Belle reconnaissance pour Nono, dont les lecteurs d'Histoires Ordinaires ont le privilège de découvrir chaque semaine l'humour souvent corrosif sur un fait d'actualité. L'Institut Culturel de Bretagne vient de lui remettre le Collier de l'Hermine qui « distingue des personnes ayant beaucoup œuvré pour la Bretagne, son identité et sa culture ». Une vision moderne de L'Ordre de l'Hermine  qui remonte au 14° siècle.

Tous les lecteurs bretons d'Histoires Ordinaires connaissent Nono. Eux-mêmes et sûrement tous les autres auront plaisir à (re) découvrir, dans la vidéo ci-dessous de l'Institut Culturel de Bretagne, la démarche qui fonde les milliers de dessins qui ont accompagné la vie souvent turbulente de la Bretagne depuis les grands mouvements sociaux et politiques des années 70. Une démarche où l'humour se nourrit, derrière les apparences, de la réflexion distanciée du professeur de philosophie que Joël Auvain est aussi.





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Le changement

Le président français a donné le ton de la rentrée le 29 août au Danemark en daubant sur « les Gaulois réfractaires au changement. » Tollé ! Il y a pourtant du vrai. L'été a été celui du vieux monde : une brute à l'Élysée telle une barbouze gaulliste, un pote écrivain nommé consul, deux ministres peu exemplaires... Plus que tout, le ministre emblématique du changement a craqué, épuisé par l'habituelle trahison des promesses et le triomphe des lobbys, achevé par celui très vieille France des chasseurs. Un carriériste chevronné, as du classique retournement de veste, le remplace. Peut ainsi continuer sans frein la politique très fin de XXe siècle sans cesse rebattue qui dégrade la Planète, s'en prend aux droits des salariés, des retraités, des secourus pour engraisser les actionnaires. Aggrave les inégalités, mine peu à peu la société. Chante la Réforme pour donner le change, ne pas changer ni de voie ni la vie.  Il y a bel et bien des « Gaulois réfractaires au changement » : ils sont au pouvoir. 

Michel Rouger

06/09/2018

Nono