18/06/2020

​A Nantes, le musée par téléphone pour les non-voyants



​A Nantes, le musée par téléphone pour les non-voyants
musee.mp3 MUSÉE.mp3  (912.14 Ko)

Depuis le début de l'épidémie, les musées se demandent comment faire vivre leurs richesses tout en étant fermés, et comment les partager avec le plus grand nombre, notamment les personnes en situation de handicap. Le Muséum de Nantes ( dont les collections portent surtout sur la zoologie, les sciences de la terre et de l'univers, la botanique... ) propose une solution originale  : le téléphone.

En effet, depuis le 31 mars et jusqu'au 08 août, date prévue pour sa réouverture, le Muséum a lancé l'opération " Allo muséum " , un service gratuit d'actualité scientifique par téléphone . Des adultes déficients visuels intéressés par les sciences laissent leurs disponibilités horaires et leur numéro de téléphone à l’adresse mail suivante : paul.duclos@nantesmetropole.fr

Ils choisissent un sujet d'actualité dans une liste variée tel que " nous allons vivre  sur la lune " ou " l'intelligence des arbres et des plantes ". Le personnel du musée rappelle son interlocuteur non-voyant à l'heure convenue, lit l'article et répond aux questions durant 15 minutes, dans un tête-à-tête privilégié.

Cette démarche simple ne nécessite pas d'équipement informatique lourd, elle est facile d'utilisation.  Elle prolonge la politique du musée de rendre ses expositions permanentes accessibles. En effet , en temps normal, des mallettes contenant des documents en braille ou en gros caractères, des présentations tactiles et des extraits sonores sont à disposition.

"Allo museum " est  certes un petit geste, mais il  témoigne d'une volonté d'inclusion qui n'est pas forcément  généralisée partout.

Lydia Goubier


Nouveau commentaire :







Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires