Handicapé·e·s et alors ?

18/01/2020

Solidarité locale : à Hirson, "Le sourire de Florian"



Solidarité locale : à Hirson, "Le sourire de Florian"
Décembre 2019, marché de Noël d’Hirson (02). Petite ville, petit marché mais un immense stand de compositions florales étiquetées « le sourire de Florian ». Drôle de nom pour un fleuriste ! Renseignements pris, il s’agit d’une association fondée en 2003 par un oncle et un ami de la famille de Florian.

Florian Plonquet est un jeune homme atteint d’une agénésie complète du corps calleux. Comme le dit son père David : «  C’est un homme de 24 ans dans le corps d’un bébé de 4 à 6 mois ». Il ne marche pas, ne parle pas. Il a une réactivité minimale ( sourire, soupir…) avec son entourage, qui s’amoindrit au fil des ans. D’autres problèmes de santé viennent s’y ajouter. 

Au départ, l’association a été créée pour « rassembler les personnes désirant connaître le handicap  de Florian et son mode de vie ». On compte cinq membres permanents dont des étrangers à la famille qui apportent un regard distancié. Les bénévoles, nombreux, vont et viennent au rythme des saisons et du bouche-à-oreille. L’association bénéficie du soutien du maire d’Hirson, Jean-Jacques Thomas, qui ne manque pas d’en parler dans son blog. En ce moment, le club de futsal hirsonnais est aussi partenaire et organise des tournois payants à son profit.

Grâce aux bénévoles, une vie meilleure

Chaque année, les bénévoles collectent de vieux objets pour participer à des vide-greniers dans toute la région et même jusqu’à la Belgique toute proche. A Noël, ils récupèrent paniers et pots pour vendre des fleurs au décor de fêtes. En contrepartie, par soucis de visibilité, l’entourage de Florian tient à lui faire rencontrer les gens qui le soutiennent, en le faisant participer au Carnaval No Piot sur un char. 
 
Tout l’argent récolté sert à améliorer sa vie. Ainsi, depuis la création de l’association, Florian a bénéficié d’un véhicule Hippocampe qui va à la fois au bord de mer et sur les chemins chaotiques. Il est accompagné à vélo par son père et son frère de 16 ans. Avec les grosses chaleurs, une climatisation a été installée dans sa chambre qu’il retrouve chaque soir après sa journée à la M.A .S. de Guise. Sa mère, qui travaille en milieu hospitalier, lui donne ses soins  au quotidien. 
 
Comme il n’est absolument pas question pour les parents de Florian de le laisser dans une maison de répit, il part en vacances avec eux. Du coup, la famille a pu obtenir une remorque afin de transporter fauteuils manuel et électrique et d’autres matériels. 
Actuellement, les fonds servent à améliorer un bassin de 13 m3 dans la maison, avec une eau à 31.5°C, construit comme une piscine professionnelle publique. C’est un espace d’aquathérapie qui lui fait du bien. Le projet est d’en faire une espèce de  balnéothérapie avec des bulles pour le  masser et lui servir de kinésithérapie.

Florian possède également un bassin multisensoriel en extérieur où il peut entendre l’eau qui coule et regarder les poissons. Cela l’apaise beaucoup  après des nuits toujours agitées et convulsives. Bref, ses parents cherchent sans cesse à améliorer son bien-être et l’association leur permet d’y contribuer largement.
 
Hirson est certes une petite ville, mais grande est la solidarité pour susciter un sourire de Florian ! 

Lydia Goubier 

Voir la page facebook



Dans la même rubrique
1 2


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires