08/04/2021

Une recyclerie dans les Ardennes



Une recyclerie dans les Ardennes
20210408_une_recyclerie_dans_les_ardennes.mp3 20210408 une recyclerie dans les Ardennes.mp3  (2.33 Mo)

Depuis février 2020, le Comité Départemental Handisport des Ardennes a lancé une recyclerie qui permet de récupérer du matériel médical, tels fauteuil, lit, déambulateur, canne, tripode... afin de lui donner une seconde vie. Au départ, les membres du CDH 08 se tournaient vers des personnes en situation de handicap qui souhaitaient participer à une activité sportive et qui n’avaient pas les moyens de se payer un équipement . Rapidement, l’action s’est élargie à toute personne handicapée mais qui  n’adhère pas forcément au comité handisport, comme le souligne Jean-Pierre Garnier, président du CDH08 : « Nous sommes régulièrement sollicités par des gens motivés, qui pour une raison ou une autre ne peuvent pas se procurer ce matériel. Alors, on s’est lancé ! »
 
Le matériel est collecté auprès des hôpitaux, des cabinets médicaux, des Ehpad, des mairies... mais aussi des particuliers. En effet, après un décès, on se débarrasse souvent des fauteuils, cannes... en les mettant à la déchèterie. « Plutôt  que de jeter, donnez et vous verrez cela sera réutilisé », clame JP Garnier à ce sujet.  Les dons peuvent être apportés directement à la recyclerie de Glaire, dans un local  de 170 m2 mis à disposition par les hôpitaux de Charleville-Mézières et Sedan. Sur rendez-vous, un membre du comité peut également les  prendre à domicile.

Il est ensuite lavé, désinfecté et révisé. S’il est en bon état, il est répertorié et mis à disposition ( page facebook comité départemental handisport des Ardennes, rubrique recyclerie ).  Dans le cas contraire, il est réparé par l’équipe du comité composée notamment d’une personne en réinsertion employée comme technicien de réparation de matériel handisport, et de plusieurs services civiques. Enfin, il est prêté lorsqu’il s’agit d’un handicap ponctuel ( après une opération, par exemple ) ou carrément donné aux personnes ou clubs sportifs qui en ont besoin. 

Depuis un an, et malgré les aléas sanitaires, une quarantaine de personnes a pu bénéficier de la recyclerie. Un autre avenir pour le matériel, mais surtout une aide pour un nouveau départ pour les handicapés ! Rien que du positif ! 

Lydia Goubier


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3






Le billet de la semaine

Fou


C’est fou de voir dans quels égarements conduit la récupération politique du malheur, de l’émotion collective d’un fait divers. Présidents de la République en tête. Courant après Le Pen père et fille, Nicolas Sarkozy s’en était fait une spécialité. Emmanuel Macron vient de sauter dans sa foulée. Le 14 avril, dans l’affaire Halimi,  la Justice a conclu à l’irresponsabilité pénale du meurtrier pris d’une "bouffée délirante" liée au cannabis : aussi sec, le Président de la République a demandé un "changement de la loi au plus vite". A problème de société complexe, réponse réflexe, irrationnelle. On peut se shooter volontairement pour commettre un acte programmé mais dans la plupart des cas l’usage des stupéfiants est lié à d’autres troubles ou à des conditions de vie difficiles voire dramatiques où la responsabilité des gouvernants dépasse celle des individus. Quand on sait que le nombre des malades psychiques en prison est déjà l’un des grands scandales français, ces récupérations électoralistes tiennent quelque part du délire. 

Michel Rouger
20210422_fou.mp3 20210422 Fou.mp3  (1.14 Mo)


22/04/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires